Disparaître en Indochine – 23

Chapitre 23

Le jeudi suivant, dans le train qui le menait à Lyon, Thierry lisait les journaux du matin. Les grands titres parlaient tous de la fin de la guerre entre l’Irak et l’Iran. Un accord de cessez-le-feu venant enfin d’être négocié entre le successeur de l’Imam Khomeiny et les émissaires du tyran de Bagdad. Un éditorialiste envisageait un bouleversement du paysage diplomatique mondial. Le million de morts entassés dans le Chat el Arab avaient du, eux, en modifier le paysage réel.
Dans une page intérieure il trouva un petit article qui annonçait un attentat commis la veille en plein Paris.

Un commando avait assassiné un vieux monsieur dans l’entrée d’un immeuble de Saint- Germain des Prés. L’action en avait été revendiquée, quelques  minutes plus tard par un appel téléphonique anonyme à un grand journal du soir. Le correspondant parlait d’une organisation inconnue : Honneur de la Police. Curieux.
Puis il tourna les pages et lut l’article sur le tournoi de baskets comptant pour le titre national qui avait été remporté par Orthez…
Le paiement du 2ème tiers provisionnel était repoussé de trois jours…
Le train arrivait en gare de Perrache. Il prépara ses affaires. Il lui semblait maintenant qu’il allait enfin arriver au terme de sa quête !

À suivre…

Caillou, 1984

Une réflexion au sujet de « Disparaître en Indochine – 23 »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *