Traces, absences, fantômes… Majdanek

Toute la population juive de Lublin a disparu. Mais où? Et bien une très grande partie a été massacrée dans le camp d’extermination, tout proche de Majdaneck. 235 000 victimes.

Pour aller voir ce camp, à 5 kilomètres, on peut prendre le trolley-bus N°156, en haut de la ville, à côte de la porte de Cracovie, mais attention, il y a deux arrêts “Majdaneck” et il vaut mieux s’arrêter au second.

Dès l’arrivée on voit le monument gigantesque qui domine les lieux de cet immense camp.

DSC00487

Je ne vais pas décrire notre visite car ce qui est le plus épouvantable ne passe pas par les mots. Nous étions très peu nombreux ce matin là. Le ciel était gris…

DSC00494
l’extérieur de la chambre à gaz
DSC00491
La salle précédant la chambre à gaz.
DSC00492
L’entrée de la chambre à gaz
DSC00493
L’arrière du bâtiment
DSC00497
Le bâtiment de la chambre à gaz en 1945
DSC00498
Une des entrées du camp de concentration.

Beaucoup d’autres “blocks” en bois se visitent. Avec des documents, des photos, quelques films. et puis, tout au fond du camp un bâtiment en briques…

DSC00500
Les fours crématoires.
DSC00501
La montagne de cendres dans le monument en forme de coupole.

DSC00505

Et puis, juste une image, des enfants juifs du ghetto de Lublin, pieds nus, souriants, à côté d’un soldat allemand qui photographie.

DSC00499

Autant dire que l’on ne sort pas de là indemne. On a beau “savoir” ce qui s’est passé là, l’émotion qui nous saisit devant l’horreur épouvantable du crime qui y a été commis est bien au-delà. Nous n’avons pas toujours retenu nos larmes.

A suivre: Cracovie

Caillou, le 30 juin 2016

3 réflexions au sujet de « Traces, absences, fantômes… Majdanek »

  1. Merci Caillou pour ce compte rendu sur Varsovie et Lublin. C’est très intéressant et émouvant. bises, Michèle

  2. Vous avez eu le courage que je n’ai pas pour “visiter” les lieux de l’horreur absolue.
    Puissions nous , nos enfants et petits enfants ne jamais plus en connaitre d’une si grave extrémité.
    Merci à vous deux de votre témoignage.
    Marie claude

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *