Parallèle 50, une plongée dans l’Histoire.

Parallèle 50 N°30

Mon père, Georges Bernard, travaillait dans ce journal, Parallèle 50, paru dans l’immédiat après-guerre. Il y était entré sur les conseils de André Fougerouse.
Ce journal était dirigé par Arthur London (1°) et un des éditorialistes principaux en était André Ulmann (2°). Tous les quatre étaient des anciens résistants et déportés du camp de concentration de Mauthausen.
Et dans ces années où le Parti Communiste s’intitulait « le Parti des fusillés » c’est tout naturellement qu’ils étaient communistes.

Parallèle 50 était un journal d’information sur les pays de l’Est et sur la Tchécoslovaquie en particulier.
Et là une date importante: février 1948, le Coup de Prague (3°) où les staliniens prennent vraiment le pouvoir à Prague, pouvoir qu’ils partageaient jusque là avec les sociaux-démocrates, les agrariens, les démocrates slovaques et les socialistes-nationaux.

Le seul article de Georges que je retrouve dans Parallèle 50 est du 19 avril 1947 donc dans une période où perdure encore l’illusion d’une cohabitation commerciale et culturelle entre Communisme et Capitalisme, entre l’Union Soviétique et  l’Ouest… Illusion qui va s’effondrer avec la guerre froide.

P50 N°38 19 avril 1947 Georges - copie

SYMBOLE DE PRAGUE
La défaite du Reich hitlérien a consacré, parmi tant d’autres écroulements, celui de Vienne comme métropole de l’Europe centrale.

La décadence de la capitale de l’ancien empire des Habsbourg, commencée dès la fin de la première guerre mondiale, s’était accélérée après l’Anschluss. Le « Prater » n’était pas fait pour servir de terrain d’exercices aux Chemises brunes, ni les frondaisons de Schœnbrunn pour abriter les automitrailleuses de la Wehrmacht.
Vienne perdit ses raisons d’être une grande capitale. Elle dut s’effacer devant Berlin et devint une cité provinciale privée des apports qui lui avaient donné jusque-là son faste et son rayonnement.
Cependant, entre Paris, Moscou et Constantinople, la géographie comme l’histoire imposent la présence d’une ville de caractère international. La succession de Vienne est ouverte.
A l’issue de la guerre, il s’avère que Prague est appelée, désormais, à jouer ce rôle de capitale pour tous les pays du centre de l’Europe.
Prague, la « ville dorée », la « ville aux cent tours », est sortie miraculeusement intacte du cataclysme. Alors qu’autour d’elle Belgrade, Varsovie, Vienne sont devenues des monceaux de ruines, Prague a gardé les merveilleuses richesses architecturales qui ont fait une partie de sa gloire. A ces causes matérielles du nouvel essor de Prague s’ajoutent des raisons d’ordre moral, car on ne peut oublier que la capitale de la Tchécoslovaquie fut le lieu de naissance de la résistance antihitlérienne et que les premiers martyrs de la cause de la liberté furent de ses citoyens.
Prague est aujourd’hui un symbole riche de signification. Elle se trouve sur la ligne de séparation de « l’Ouest » et de « l’Est ». Sur ce qu’on ne peut appeler autrement que cette frontière de deux mondes souvent opposés, elle demeure un lieu de convergences pacifiques. Nulle part ailleurs les deux systèmes n’ont davantage d’occasions de contact non seulement dépourvus de violence mais encore chargés d’espérance et d’amitié.
Le gouvernement de Prague est présidé par le communiste Gottwald, dont l’adjoint est un prélat catholique : Mgr Schramek. Une compétition courtoise et une discussion parfois animée mais jamais venimeuse mettent aux prises les différents partis de Tchécoslovaquie mais toujours selon les règles d’une démocratie bien comprise.
La Tchécoslovaquie n’a qu’une courte frontière qui ne soit pas commune avec l’Union soviétique, c’est celle qui la sépare de la zone d’occupation américaine en Allemagne.
Les conséquences de la guerre l’ont rendue voisine et tributaire de l’URSS, dont elle est l’alliée, mais ce voisinage ne lui impose nulle restriction de liberté.
Vers Prague se tournent les regards de tous ceux qui persévèrent dans leur espoir d’une synthèse possible entre les deux systèmes qui tendent à se partager le monde. Ils y voient la promesse d’une construction pacifique du monde.
Dominant l’étagement des maisons et des palais, le Hradchany domine Prague. Il abrite le premier personnage de l’État, le président Bénès, qui a représenté pendant toute la guerre la Tchécoslovaquie libre aux côtés des Alliés. Sa popularité ne le cède qu’à celle dont jouissait le président libérateur T-G. Masaryk. Comme Masaryk, Edouard Bénès est un philosophe imprégné de culture occidentale. Sa formation intellectuelle comme son expérience politique en ont fait un démocrate qui sait apprécier le prix de la liberté. Aussi bien son action à la tête de l’État tchécoslovaque s’inspire-t-elle du permanent souci de conciliation et de synthèse des deux influences dont Prague demeure le point de rencontre fraternel. Puisse la ville de Jean Huss devenir l’exemple que les hommes voudront suivre !
Georges BERNARD

 Voici un article qui va dans le même sens et s’étonne du « rideau de fer ».
Il date du mois de mai 1947

P50 N°41 10 mai 1947 rideau de fer

 Ou celui-ci, du romancier Louis Martin Chauffier (4°) et qui date de août 1947:

P50 N°56 28 août 1947 Chauffier petit

Prague choisit la paix… et joue gagnant.
par L. MARTIN-CHAUFFIER

La raison du voyage que je viens de faire en Tchécoslovaquie, en Roumanie et en Hongrie était de prononcer des conférences. Mais le dessein qui me poussait de ville en ville, de pays en pays, débordait cette fin officielle. Je venais moins pour donner que pour recevoir. Plus exactement, j’étais en quête d’échanges.
Je cherchais réponse à la question à mon gré la plus pressante et la plus grave, car de ce qu’elle allait être dépendait l’avenir de la paix. Pouvait-on concilier l’exercice de la liberté et l’établissement de la justice sociale ; une certaine notion de l’homme, ancienne et éprouvée et l’avènement d’une société nouvelle où la justice, en effet, économique et sociale établirait de nouveaux rapports entre les hommes dans leur communauté? Si la réponse était favorable, tout pouvait être sauvé. Mieux que sauvé : à partir du moment où le salut est possible, on peut aller plus loin et prétendre au progrès.
Je dois dire dès maintenant que je suis revenu en France plus optimiste que je n’en étais parti. Les événements qui ont suivi mon retour ont pu provoquer de légitimes inquiétudes; mais non point altérer une confiance qui repose sur un fond plus solide que l’événement.
La paix n’est pas établie. Mais les conditions de la paix sont définies. Elles ne sont point, pour autant, réalisées, ni même préférées. On les connaît pourtant, et c’est beaucoup. Et j’ai vu au moins un pays où elles étaient en voie de réalisation; deux autres où elles constituaient l’objet de leur préférence.
La Tchécoslovaquie m’a apporté mieux qu’une réponse : la preuve par les faits. Elle a choisi la paix, et joue gagnant. Si, dans l’ordre de l’établissement de la démocratie, elle est en avance sur la Roumanie et la Hongrie (1), les raisons en sont multiples. La Tchécoslovaquie n’a plus à faire l’apprentissage de la démocratie Elle l’a reçu, au sortir de l’autre guerre, des mains de Masaryk et de la bienveillance des Alliés. Elle s’y est adaptée sur-le-champ et lui a donné une de ses formes les plus achevées. Soutenue dans cette réussite, non seulement par l’esprit de son peuple, mais par la chance de pouvoir confier la conduite de l’État à deux grands présidents, dont le second a reçu les leçons, suivi les principes du premier.
Quand, avant même la fin de cette guerre, le retour de Bénès a confirmé la continuité de la pensée politique tchécoslovaque, le pays s’est mis aussitôt à l’œuvre et a appliqué les décisions communes à tous les partis et mûries dans l’exil. C’est de cette promptitude et de cette rigueur que j’ai pu admirer les effets.
Un pays qui a pu restaurer sa monnaie – au prix de quels sacrifices – établir un juste équilibre entre les salaires et les prix, redresser son industrie, chasser les Allemands des Sudètes et dépouiller la noblesse collaboratrice, promulguer et commencer d’accomplir un plan de reconstruction et de justice sociale ; voilà, certes, un modèle à proposer. Il y faut un peuple sage, rude et fier, dur au travail, qui aime l’ordre, la liberté, la sécurité, en attendant la récompense que méritent ses vertus.
Mais tout cela, je le répète, est d’abord l’effet de la promptitude et de la rigueur, qu’un Français ne peut pas admirer sans envie. Et il n’admirera pas moins que cette promptitude ne se déforme pas en une hâte imprudente dans les domaines où la réflexion s’impose. La Tchécoslovaquie n’a pas encore établi sa nouvelle Constitution. Elle n’a pas à se presser, rien ne menace la République; et, si le problème slovaque soulève des difficultés, il ne menace pas l’unité de l’État. Tous les partis, dans ce pays sans riches et sans esclaves, cherchent ensemble une définition commune de la démocratie adaptée à l’époque et aux données du réel; une démocratie proprement nationale, c’est-à-dire universelle dans ses principes et particulière dans leur application : une dans son désir égal de la liberté et de la justice, pluraliste dans ses opinions et ses moyens; une dans l’État, diverse dans ses ressources et ses expressions.
Voilà bien ce qui m’a réconforté. En ce point central de l’Europe, à l’Est comme à l’Ouest, la Tchécoslovaquie reconnaît les siens. Les partis sont unanimes à vouloir que la politique étrangère soit liée à celle de l’U.R.S.S. Tout, en effet, les y convie : la géographie, les intérêts économiques, les affinités, la prudence, la méfiance de l’Allemagne, souci majeur.
Mais, en même temps, elle tourne vers l’Ouest le regard et l’esprit. Elle veut jeter dans sa pâte tous les ferments qui la font lever et qui, ensemble, permettront de composer ce que le monde entier devrait souhaiter : des hommes libres dans une société juste.
Pour cela, il ne faut point d’exclusive. À chaque pas, en toute occasion, dans ce pays qui possède la liberté intérieure et tend vers la justice, j’ai reconnu les marques de cette durée vivante d’un peuple, d’un État qui ne renient aucune des grandeurs du passé — mais ne retiennent du passé que ses grandeurs et ses valeurs efficaces — et qui l’ajustent, l’intègrent, le prolongent de toutes les valeurs nouvelles dont l’époque, le voisinage, les amitiés traditionnelles lui offrent les exemples ou les modèles assimilables.
L’unité dans la diversité, condition de la liberté : tel peut être l’apport de la France — pays du dialogue — en échange de cette promesse que propose à tous la Tchécoslovaquie : la contradiction à laquelle on veut réduire les éléments civilisateurs distincts, mais non opposés, est une imposture majeure.
Elle en démontre l’erreur mortelle, comme le sage démontrait le mouvement en marchant. Slave et latine, millénaire et jeune, la Tchécoslovaquie, qui a surmonté toutes les tyrannies et sauvé son âme et sa langue, me paraît vraiment la terre, la nation faites pour réconforter l’espérance et rompre les fausses barrières.
1° Il ne s’agit en effet que d’une avance. J’aurais l’occasion de revenir sur ces deux pays où se forme déjà une conscience démocratique contrariée longtemps par les conditions historiques.

 Mais ces articles semblent très naïfs quand quelque mois plus tard Parallèle 50 devient la vitrine du système liberticide qui s’étend sur les pays de l’Est. Comme par exemple cette retranscription du procès des démocrates slovaques du 15 novembre 1947:

P50 N°68 15 novembre 1947 - copie

Parallèle 50 N° 68 du 15 novembre 1947
La crise tchécoslovaque est une affaire intérieure.
Découverte d’un complot en Slovaquie.
Le commissariat à l’intérieur de Slovaquie a annoncé officiellement, d’après les premières informations, que ses organes de sécurité avaient découvert une nouvelle organisation antigouvernementale.

Cette organisation avait Brastislava pour centre ; elle travaillait en relations étroites avec des émigrés slovaques de l’étranger et préparait la destruction et la liquidation de la République tchécoslovaque. Dans l’état actuel de l’enquête, on a pu mettre en lumière les faits suivants :
1° L’organisation centrale a été créée selon les directions des émigrants et son activité était dirigée selon le programme des représentants des émigrants ;
2° Cette organisation illégale anti-nationale avait établi des plans d’espionnage économique, politique et militaire, dont les résultats devaient être livrés à des puissances étrangères.
3° La centrale avait presque terminé l’organisation des secteurs. Au point de vue technique, il est nécessaire de préciser qu’à la tête des secteurs se trouvaient de hauts fonctionnaires de l’État, d’anciens collaborateurs faisant partie de l’élite intellectuelle et des hommes politiques. La réalité confirme l’état avancé des préparatifs. On envoyait de l’étranger en Slovaquie des décrets de nomination pour les membres du centre et hauts fonctionnaires de l’organisation.
4° Le but de cette organisation était l’exécution d’un coup d’État et la destruction de la République tchécoslovaque par un coup de force exécuté à un moment opportun de la situation politique Internationale.
5° Des liaisons passaient régulièrement en Slovaquie, et étaient également munies d’un matériel parfaitement approprié. Dans ce matériel, on a trouvé des décrets et des lettres de créance manuscrites établies par le Dr Durcansksy pour les représentants et les agents du mouvement.
Jusqu’à présent, les personnes arrêtées, parmi lesquelles se trouvent des membres de la centrale du réseau, reconnaissent et confirment les uns et les autres leur action criminelle.
Exposé de M. Ferjencik, commissaire slovaque l’intérieur, sur les plans et organisation du complot.
Le Dr Ferjencik, commissaire à l’Intérieur, a fait le 25 octobre devant l’Assemblée des commissaires, à Bratislava, un exposé détaillé sur l’activité des membres arrêtés des groupes ayant participé au complot de Slovaquie. Dans le préambule de son exposé, il a déclaré que l’idéologie des membres du complot était fondée sur la propagande fasciste de l’ex-État slovaque et qu’elle a trouvé un terrain favorable dans une certaine partie de la population, surtout auprès des intellectuels, ces milieux ayant persisté dans leur attitude anti tchécoslovaque même après la Libération.

Il existe, outre le fameux groupe de Durcansky, quatre autres groupes de conspirateurs se trouvant à l’étranger: à savoir : 1) le groupe de résistance révolutionnaire slovaque dans la zone d’occupation française en Allemagne ; 2) le groupe de Charles Sidor à Rome ; 3) celui de Constantin Culen aux États-Unis ; 4) le groupe de Pridarek à Londres. Durcansky entra en relation avec la clandestinité slovaque par le truchement du groupe de résistance révolutionnaire slovaque pour recevoir des informations de caractère politique, militaire et économique qu’il utilisait surtout dans les nombreux memoranda qu’il a envoyés aux hommes d’État de diverses puissances. Durcansky a aussi fait tenir en Slovaquie, à l’aide d’émissaires, des directives précises concernant l’activité gouvernementale.
L’arrestation de Rudolf Komander – agent de liaison du groupe de résistance révolutionnaire slovaque – qui était en mission de liaison en Slovaquie et rentra ensuite en Autriche a aidé à démasquer ce groupe.
Dès le commencement de l’année dernière, les services de la Sûreté nationale démasquèrent l’activité du Dr Chalmovsky. II a pu être prouvé que celui-ci était rentré d’émigration sur l’ordre des chefs se trouvant à l’étranger. II a été condamné par le Tribunal régional de Brastislava à huit mois de prison. Après avoir purgé sa peine, il s’est enfui de nouveau à l’étranger.
Au cours de l’été 1946, un autre troupe antigouvernemental a été démasqué et liquidé. Ce groupe entretenait des liaisons avec l’étranger par le truchement de l’étudiant Fera Panek.
Peu de temps après, les services de la Sûreté réussirent à arrêter Fero Petras et William Mihalovic, agents de liaison du religieux Victor Kaciarik. Après l’interrogatoire de ces individus, on a pu démasquer et liquider ce qu’on appelle la Centrale de Vienne et arrêter son organisateur Michel Stefula. La découverte du groupe de Zilina a mis sur les traces d’un complice se trouvant dans le pays et d’un des agents de liaison principaux et longtemps recherché, l’étudiant émigré Rudolf Komander, alias Kostra, qui fut arrêté avec tous les papiers l’accréditant. Après la récupération de tout ce matériel, les organismes de la Sûreté nationale ont procédé à la mise au grand jour et à la liquidation de tout le groupe du Dr Durcansky.
Lors de la découverte de ce qu’on appelle le groupe Durcansky, parmi les premières personnes arrêtées furent les membres de la Direction centrale du Comité d’action slovaque en Slovaquie. Un des principaux collaborateurs de Durcansky en Tchécoslovaquie et son principal agent de renseignements était Otto Obuch, qui, en sa qualité de fonctionnaire du cabinet de la vice-présidence du Conseil envoyait à Durcansky des renseignements sur les séances confidentielles et secrètes du gouvernement qu’il s’appropriait.
À la date du 14 octobre on avait arrêté 88 personnes, au 21 octobre 124, dont 14 ont été remises en liberté. 53 personnes ont été inculpées définitivement et 57 provisoirement.
Dans la conclusion, le Dr Fer-Jenclk apprécia l’influence de l’activité des groupes antigouvernementaux sur l’opinion publique en Slovaquie. II a déclaré que la découverte et la liquidation des deux groupes antigouvernementaux de Slovaquie ont provoqué un grand nombre de conjectures erronées, d’hypothèses et de commentaires qui ont été présentés par la presse étrangère de manière fantaisiste.
Le cas du secrétaire général du parti démocrate slovaque le député J. Kempny
Le Dr Husak, président du Conseil des commissaires, a remis au gouvernement et au Conseil national slovaque la démission de tout le Conseil des commissaires. La déclaration des membres communistes du Conseil des commissaires proclame que ce Conseil, avec sa majorité de démocrates slovaques « non seulement n’a pas su limiter, mais a favorisé nettement, et sur une grande échelle, l’activité de trahison et d’espionnage d’éléments antinationaux »

Voici le communiqué du ministère de l’intérieur en date du 3 novembre 1947 :
« Sur une demande du tribunal régional de Bratislava en date du 29 septembre 1947, l’Assemblée nationale constituante a fait ouvrir une information judiciaire et intenté des poursuites contre le député Jan Kempny, secrétaire général du parti démocrate slovaque.
Les bases sur lesquelles Kempny est l’objet de poursuites se sont substantiellement élargies ces derniers jours grâce à l’enquête de la Sûreté slovaque. Il a été vérifié que le Dr Jan Kempny, dès 1944, jusqu’à la libération de Bratislava par l’armée soviétique, a participé aux réunions des jeunes radicaux populistes dirigés par le Dr Ferdinand Durcansky. À ces réunions  il a été décidé que les populistes devaient, après la Libération, s’infiltrer dans l’appareil ainsi que dans les institutions politiques économiques et culturelles de l’État et y travailler en vue de la restauration de l’État slovaque.
Le Dr Kempny obéissait strictement à ces directives.
Le député Dr Jan Kempny avait reçu du Dr Ferdinand Durcansky des instructions, par le truchement d’un des membres de son groupe subversif, au cours de réunions secrètes qui se tenaient chez lui.
Des rapports ont été plusieurs fois lus sur les résultats des voyages qui conduisirent ce membre important du groupe chez Priedavka, à Londres, et chez Kirschbaum en Suisse, qui l’un et l’autre travaillaient contre la République tchécoslovaque. On lisait aussi à ces réunions un matériel de propagande antigouvernemental amené secrètement en Tchécoslovaquie.…/…
Copyright « PARALLELE 50 »

Tous les ingrédients des procès staliniens sont déjà là.
Etrange impression de lire quelques années plus tôt, en 1947, dans le journal dont il était le directeur, la description d’un complot qui va broyer des hommes comme Arthur London en 1951…

Après février 1948 et le Coup de Prague, Parallèle 50 perd tout intérêt et devient un journal de propagande  stalinienne où pourtant beaucoup d’intellectuel(e)s de ces années là ont écrit:

P50 N°69 22 octobre 1947 petit

Notes:
1° https://fr.wikipedia.org/wiki/Artur_London
2° https://fr.wikipedia.org/wiki/André_Ulmann
3° https://fr.wikipedia.org/wiki/Coup_de_Prague
4° https://fr.wikipedia.org/wiki/Louis_Martin-Chauffier

Caillou, le 1er août 2017

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>