Archives de catégorie : Poésie

Le train fatal

la chanson
Espagne - 1974 - Photo MB
Espagne – 1974 – Photo MB

Depuis quelques semaines, avec cette épidémie qui arrive, une chanson me trotte dans la tête. C’est mon père qui la chantait. En voici les paroles:

Dans la campagne verdoyante
Le train longeant sa voie de fer
Emporte une foule bruyante
Tout là-bas, vers la grande mer
Le mécanicien Jean, sur sa locomotive
Regarde l’air mauvais Blaise, le beau chauffeur
La colère dans ses yeux luit d’une flamme vive
De sa femme chérie, Blaise a volé le cœur !!

Roule, roule, train du plaisir
Dans la plaine jolie
Vers ton bel avenir
D’amour et de folie
L’homme rude et noir qui conduit
Cette joyeuse foule
Sent de ses yeux rougis
Une larme qui coule

Des heureux voyageurs,
on entend les refrains
Suivant les rails et son destin
C’est le train du plaisir qui roule

Le pauvre Jean, perdant la tête,
Rendu fou par la trahison,
Sur son rival soudain se jette
Criant :”Bandit, rends-moi Lison !”

Le chauffeur éperdu fait tournoyer sa pelle
Jean lui sautant au cou, l’étrangle comme un chien
Et tous les deux rivés par l’étreinte mortelle
Tombent de la machine, abandonnant leur train !
Roule, roule, train du malheur
Dans la plaine assombrie
Roule а toute vapeur
D’un élan de folie

Les paysans, saisis, te voyant
Tout seul fendant l’espace
Se signent en priant
Et la terreur les glace !
Des heureux voyageurs
on entend les refrains
Suivant son terrible destin
C’est le train du malheur qui passe .

Tiens, la chose est vraiment bizarre
On devait s’arrêter ici !
Le train brûle encore une gare
Ah, ça, que veut dire ceci ?
Alors du train maudit, une clameur s’élève
On entend des sanglots et des cris de déments
Chacun revoit sa vie dans un rapide rêve
Puis c’est le choc, le feu, les appels déchirants

Flambe, flambe, train de la mort
Dans la plaine rougie
Tout se brise et se tord
Sous un vent de folie
Les petits enfants, leurs mamans
S’appellent dans les flammes
Les amoureux râlant
Réunissent leurs âmes

Pourquoi ces pleurs, ces cris,
pourquoi ces orphelins
Pour un simple, un tout petit rien :
L’infidélité d’une femme !

Le Train fatal est une chanson française de Charles-Louis Pothier
dont la musique a été composée par Charles Borel-Clerc.
Elle a été interprétée pour la première fois en 1916 par Adolphe Bérard.
Et si on enlève le thème (vieillot et sexiste) de la femme infidèle pour ne garder que la fuite éperdue vers l’effondrement collectif et la mort cette chanson parle tout a fait de ce que nous sommes tous en train de vivre.
Caillou, le 19 mars 2020 

Et un grand merci à Robert
qui m’a permis de remettre cailloutendre sur ses rails

Une assiette de trop sur la table

Une amie m’envoie cette consigne:
“On dit que quand on perd un être cher  on n’oublie jamais.
Eh bien, c’est faux, moi j’oublie  souvent et c’est la qu’il y a  une assiette de trop sur la table”
Je botte en touche avec un poème.

Sur la table d’un réseau social
Au nom anglo-américain
J’ai trouvé ce mot un matin
C’était une annonce amicale.

Connaissez-vous Anne B. de T ?
Elle voudrait être votre amie.

Acceptez-la… cliquez ici.
Le petit mot s’est envolé.

Je suis perdu dans mes souvenirs
Je ne l’ai jamais oubliée
Elle est de tous les défilés
De tous ceux que j’ai vu mourir.

Mais c’est le grand ordinateur
Qui l’a fait revivre un instant
Et qui me touche à bout portant
Lui qui sait tout, le jour et l’heure

A la table du grand banquet
Je poserai toutes les assiettes
Anne a sa place toute prête
Car je ne l’ai jamais oubliée.

Caillou, le 14 octobre 2017
Et merci à Catherine pour sa consigne.

La Tactique du Jihad

Un barbu doit savoir
très bien prier, mais c’est pas tout, mais c’est pas tout.
Il lui faut aussi savoir
bien égorger, mais c’est pas tout, mais c’est pas tout.
Car ce qu’il doit avoir avant tout
C’est une mitraillette, une mitraillette et l’oreillette
Comme la kalach a son tic tac
le Jihad a sa tactique
Attendez un peu que j’vous explique
La ta ca ta ca tac tac tique, du djihad
C’est de bien égorger
Les juifs et les athées
La ta ca ta ca tac tac tique, du Jihad
c’est d’imposer le tchador
les yeux en face des trous
Alcool? Musique ? Contravention
Exhibition ? Flagellation
Et pour le blasphème ? Exécution
J’connais ma Charia
La ta ca ta ca tac tac tique du Jihad,
C’est de bien égorger
avec autorité.
Il y a ceux
les mécréants.
(C’est tous les autres) mais c’est pas tout, mais c’est pas tout.
Il faut punir
Les dévoilées
Les adultères, mais c’est pas tout. Mais c’est pas tout.
On dit que
nous sommes des fous
Puisqu’en nous prosternant on s’tape la tête sur le béton
Mais l’Algérie le sait
On y a fait d’l’effet
Attendez un peu que j’vous explique
La ta ca ta ca tac tac tique du Jihad
C’est tuer en bonne conscience
au nom d’une religion
La ta ca ta ca tac tac tique, du Jihad
C’est de pouvoir tuer sa mère
Si son Imam le dit
Et l’esclavage ? Oh oui Oh oui !
Et l’terrorisme ? Oh oui, Oh oui !
Et moi j’en jouis !
La ta ca ta ca tac tac tique du Jihad
C’est d’être constamment
à cheval sur « son » coran.

Caillou, le 11 janvier 2015

(Merci à Bourvil)