VOYELLES

Le A limpide est un ciel bleu
l’été qui s’étend comme une plaine
un son qui s’entend comme un règne
la bouche ouverte… l’affirmation.

Le E muet est soumission
comme une eau profonde et subtile
partout présent, très utile
les lèvres en avant… c’est un don.

Le I du rire est un rebond
il est des danses et des grimaces
c’est le son dont on fait les farces
il fait sourire… c’est un garçon.

Le O est rouge, révolution
un feu qui gronde en son cratère
c’est un étonnement, la guerre,
le visage tonne… il est tout rond

Le U pur des réflexions
le crépuscule, la magie noire
le son qui pense, la mémoire
l’arrêt des gesticulations.

Caillou, juillet 1986…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *