PROCLAMATION

Devant la mode blasée
face à l’humour qui passe
avec les veaux bien cleans, les oreilles dégagées
leur Actuel triomphant, leurs p’tites annonces de cul,
leur disco sans paroles
cet art qu’ils ont de ne rien faire qui puisse les engager
je suis et je serai de ceux qui se passionnent
longtemps

Devant les abandons des ex qui cherchent des places
(un peu d’sécurité, on a déjà donné)
la pub à la radio pour ces ex-pirates
les ardents devenus journaleux chez Dassault
les casés, leurs combines, permanents attitrés
De toutes ces causes devenues raisonnables
face à ces futurs beaufs’
je préfer’ais toujours tous les poseurs de bombes
avec l’angoisse
avec la déception
avec la rage.
Même si c’est trop statique!
(N’est-ce pas, ça évolue. il ne faut plus cher ami, analyser la lutte des classes sur les seules conditions de paye et de travail, on intègre maintenant dans ces schémas simplistes un peu de questionnement sur les comportements!)

JE N’ÉVOLUERAIS PAS!

Je serais juif, arabe et noir et haïtien
Je serais l’honnête homme à qui on coupe le gaz
ou bien fils d’immigré, chômeur, paranoïaque,
exclu et asilaire,
et même l’enfant pleurant qu’il y a dans le K
mais je ne serai pas vautré dans l’indulgence
qu’on s’donne à quarante ans pour les actes de vingt!

Et c’est avec fierté
qu’à leur dédain gauchiste issu du désespoir
qu’à tous les ex recentrés
qu’aux nanas lutte de classes devenues séparatistes
qu’aux très bientôt bourgeois du papier ou des ondes
et qu’à tous les blasés qui courent dans les mouvances
j’annonce la couleur:
elle est rouge, elle est noire
et elle n’a qu’un seul nom:
Vive la révolution!

  • Le 24/10/1982
  • Dessin: Le temple de ZEUS à Olympie…olympiezeus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.