La poblacion la Victoria à Santiago du Chili

Un bouquet d’œillets rouges accroché à une porte du palais de la Moneda, au Chili.SONY DSC   SONY DSC
et une statue de l’ancien président, Salvador Allende, assassiné le 11 septembre 1973.SONY DSC                 DSC01329C’est de l’histoire ancienne?
Il faut oublier la dictature militaire qui a écrasé le Chili de 1973 à 1988 ?

SONY DSCEt puis, lors d’une manifestation de l’Éducation Nationale, à Santiago il y a des drapeaux qui montrent Allende toujours présent.
SONY DSC  SONY DSCet un peu partout des peintures murales qui le représentent, comme ici à Valparaiso…DSC01412

SONY DSC

 

Le peuple chilien n’a pas oublié ses héros et ses martyrs.
Dans la capitale, un très grand musée de la mémoire des des droits humains, est consacré à cette période.

SONY DSC

On y parle d’un quartier excentré de Santiago, (dans les années 70 c’était un bidonville), où la résistance à la dictature militaire a été très forte et où un prêtre français, André Jarlan a été tué en 1984.

tc_du_10_septembre_1984

Témoignage chrétien du 10 septembre 1984

Ce quartier, la poblacion La Victoria, nous décidons d’y aller, bien que les guides touristiques, nos amis chiliens et les chauffeurs de taxis nous disent qu’il est devenu très dangereux à cause de la délinquance et de la drogue.

La poblacion la Victoria

Ce quartier date de 1957. Il s’agit de la première occupation massive et organisée de terres urbaines par un groupe d’habitants d’un quartier pauvre de 35 000 personnes. Depuis ce « campement » a résisté à toutes les actions policières entreprises pour les déloger et les familles ont commencé à construire le quartier.
Lire à ce sujet l’excellent: http://risal.collectifs.net/spip.php?article2380

DSC01584

DSC01585

La maison d’André Jarlan et la plaque qui la signale.

DSC01586  DSC01587

Quelques rues du quartier, un peu désertes, c’est un dimanche matin…

Et les extraordinaires peintures murales, restaurées en 2014, qui témoignent de la résistance populaire. Beaucoup font référence aux 57 années de résistance…

DSC01588“Construisons le pouvoir populaire”

DSC01590

DSC01589

DSC01592

DSC01591

DSC01593
 DSC01595
“Unité pour plus de places et de parcs pour tous”DSC01594

DSC01596
La victoire avec les couleurs et la subversion, dans la lutte et l’organisation.

DSC01597
Fresque du PFPMR: Le Front Patriotique Manuel Rodriguez,
DSC01609“Pour une vie digne, la lutte et la rébellion”DSC01599
Le local du Parti Communiste Chilien.
Au dessus le slogan “Où sont-ils?” hommage à tous les disparus de la dictature.

DSC01600
46 ans après la mort au combat de l’héroïque guérillero  Che Guevara le 9 octobre 1967,
la lutte reste la même contre le capitalisme exploiteur.
Des “activistes sociaux importants” et Salvador AllendeDSC01601DSC01602
Des scènes de la résistance armée à l’intrusion policièreDSC01603

Après 57 ans d’Histoire nous sommes toujours deboutDSC01604

L’Assemblée territoriale : Jusqu’à la victoire pour reprendre l’Histoire.DSC01605
Le centre culturel Pedro MariqueoDSC01611Comité d’Unité Révolutionnaire pour reprendre la lutte combativeDSC01606
Et, un peu partout, les mots d’ordre et les symboles du peuple Mapuche.DSC01610
Dont nous avions vu le drapeau dans la manifestation.SONY DSC
DSC01608
Il y a des centaines de peintures murales toutes plus belles les unes que les autres.
Celle-ci est en mosaïque.DSC01612
Et nous quittons le quartier. DSC01614
En face, de l’autre côté de l’avenue, un marché aux puces misérable.

Caillou, 16 février 2015.
Photos prises en novembre 2014.

.

3 réflexions au sujet de « La poblacion la Victoria à Santiago du Chili »

  1. Un reportage super. Et un retour sur ce passé: la dictature militaire argentine a été beaucoup plus sanglante, la dictature militaire brésilienne a été beaucoup plus longue, d’autres dictatures pas même militaires (ou si peu) ont gouverné ou gouvernent de nombreux pays d’Amérique Latine, sans avoir suscité en France un tel mouvement d’indignation et de solidarité. Pourquoi? Parce que le Chili était réputé être un Etat de droit qui était en train de devenir légalement “socialiste”. Bien plus “civilisé” avec l’Argentine et l’Uruguay que tout le reste du sous-continent latino-américain, composé de républiques inévitablement plus ou moins bananières et douteuses.
    Toutes les grandes villes d’Amérique Latine ont eu jusqu’aux années 1980 d’immenses bidon-villes caractérisés par l’appropriation “illégale” du sol urbain par “invasion” au profit de couches populaires. Ce sont maintenant comme le montrent les photos des quartiers “moyens- bas” urbanisés. Par rapport à d’autres villes, à Santiago on voit que c’est entretenu par une population soucieuse de cohésion, de célébration: une mémoire sociale qui fait défaut là où les “invasions” ont été menées par des leaders largement corrompus jouant le rôle de sous promoteurs immobiliers.

  2. Bravo pour ton reportage sur le Chili. Oui je connais l’histoire du Père Jarlan. Elle rejoint l’histoire de tous les militants d’Amérique Latine, hommes et femmes qui n’ont pas hésité à jouer leur vie contre les dictateurs. parmi eux, Cathy Domon et Léonie Duquet. J’en profite pour pous annoncer la publication de l’ouvrage “sur les pas des disparus d’Argentine” Sous la dictature de Videla (1976-1983) . Nous l’aurons le 23 février.
    J’ai particulièrement apprécié les peintures murales vraiment magnifiques…A plus Gaby

  3. Cette histoire n’est pas complètement oubliée par les chiliens . Je ne sais pas s’Il y a eu réconciliation entre eux.
    La petite fille d’Aliende vient de faire un film sur son grand père ; ça lui a pris plusieurs années .

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.