Matthieu

Demain 11 mai c’est le jour du déconfinement.
et la fin du défi d’un texte par jour démarré le 16 avril 2020 .
Merci à toutes et tous pour vos contraintes de 6 mots,
pour vos encouragements et vos commentaires
et merci en particulier à Maryse et Annick.

Matthieu se présenta au juge cette année-la
pour réclamer justice contre un bonimenteur
Ce Jean avait vendu un shampoing protecteur
Censé lui redonner les cheveux de Shiva.

Le juge mâchonna ce nom en zozotant
(il avait le pauvre homme un cheveu sur la langue)
Je vois que vous avez la tête d’une mangue
Ce Jean est un menteur. Arrachons-lui les dents.

Matthieu le remercia.

Ce texte est écrit avec une contrainte de 6 mots, donnés par Annick
Année, juge, nom, remercier, Matthieu, mâchonner.

Caillou le 10 mai 2020

Et le texte d’Annick

Année Matthieu

Ah monsieur le juge, je ne vous parle pas de tous les noms d’oiseaux que l’on m’a donnés, de toutes les railleries, moqueries que j’ai dû subir toutes ces années.  Vous voyez, Monsieur le Juge, comme je suis embêtée pour vous expliquer l’inconfort que m’a procuré ce prénom ridicule. ANNEE ! ANNEE ! Quelle idée est  passée par la tête de mes parents pour me prénommer ainsi ? Je vous le demande, monsieur le juge. On m’a appelé bissextile, sextile, et je ne vous parle pas des jeux de mots. Je ne suis pas prude mais tout de même.  Et puis Mois, Semaine, Jours enfin toute l’année déclinée rien que pour moi. Et puis, monsieur le juge, mon nom de famille, celui là m’a bien pesé aussi.

MATTHIEU. Matthieu alors là, j’ai eu droit à Y’a qu’un ch’veux sur la tête à Matthieu, Y’a qu’une dent, Y’a qu’une dent, heureusement, à l’époque, monsieur le juge, ma dentition était complète, bien sûr maintenant c’est autre chose et je suis obligée de mâchonner tout ce que je mange. Je peux vous dire que la soupe j’en ai par dessus la tête. Un enfer. Martyrisée que j’étais par mes camarades. En plus comme mon père était douanier, les petits pics fusaient continuellement (les grandes montagnes ne tardaient pas). Ste Martyr, ne vois tu rien venir ?

(Le juge intervient) Madame, vous allez avoir 90 ans, pensez-vous que cela va changer quelque chose à votre vie ?

(Année outrée) Mais monsieur le juge, on voit bien que ce n’est pas vous qui avez enduré toutes ces années ce prénom si mal porté ! Si je ne m’étais appelée qu’Année mais Année Matthieu, (elle s’exclame) le bouquet !. Combien de fois ai-je entendu Selon St Matthieu ceci Selon St Matthieu cela. Alors je vous le demande tout de go, faites quelque chose et vous en serez remercié. Voyez-vous monsieur le juge, vous l’aurez compris, j’ai un intérêt légitime à changer de prénom. J’ai décidé de reprendre des études mais l’idée d’être prénommée et nommée publiquement Année Matthieu me terrifie.

(Le juge intervient une 2eme fois) : et quel prénom avez-vous choisi ?

J’ai pensé que Clitorine pourrait m’aller mieux. Ca sonne bien Clitorine. Je me suis entraînée à m’appeler. Ma petite voisine, plus jeune que moi de quelques années, m’appelle maintenant comme ça. Elle me dit que ça me va bien. Et je la crois. Je me regarde devant la glace, je vois une autre femme. Un avenir s’ouvre à moi. Je ris, je chante et même l’épicier, qui a souvent la main lourde, rajoute quelques légumes à mon panier.

(Le juge légèrement cynique) : pensez-vous que ce prénom si féminin ne vous causera pas d’ennuis ?

Monsieur le juge, j’ai beaucoup réfléchi. Vous comprenez bien que 90 ans à porter le prénom d’Année, j’ai eu le temps d’y penser. Je n’ai pas fait ça à la légère. Et s’il vous plaît, j’ai commencé à m’inscrire à l’université. Il n’y a plus grand-chose à faire. C’est décidé, si vous ne me l’accordez pas je le changerai quand même.
 Le juge dans sa grande clémence, prend son marteau, frappe son bureau de trois coups et dit : « c’est accordé ».

Et un texte de Maryse

Panne sèche

Ces mots, tout droit tombés de ma bibliothèque ont tourné et retourné dans ma tête. Aucun n’a trouvé âme soeur pour raconter. Et tel le corbeau de La Fontaine, je me sens honteuse et confuse d’avoir séché cette épreuve finale. Mais rassurez vous, d’autres ont su les mettre en scène, alors je vous les livre.

“Le grand pêché du monde c’est le refus de l’invisible”. julien GREEN.
“Chaque vie se fait son destin”. Henri-Frédéric AMIEL
“J’aime un amour fondé sur un bon coffre-fort”. Le Joueur -JF REGNARD
“Les anges révoltés volent en rangs”. Henri PETIT

Aujourd’hui, le confinement a muselé mon imagination. Demain une fenêtre s’ouvre…. Espérons qu’elle ne restera pas entrebâillée, sinon autre solution “faire le mur”.

Avec les mots : invisible, destin, coffre, corbeau, ange, mur.

3 réflexions au sujet de « Matthieu »

  1. Merci, pour vos textes, votre poésie, votre fantaisie, votre penchant pour que ça sonne bien pour partager l’émotion et nous mettre dans l’ambiance.

  2. Merci à vous 3 pour ces textes … cela a été très “relaxant” de vous lire et félicitations pour ce marathon de textes-mots imposés…
    bravo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *