L’islamo-gauchisme ? Cela n’existe pas ?

Voici un texte trouvé sur un site toulousain dont je cache le nom.
Il se passe peut-être de commentaires ?
Mais il confirme que l’islamo-gauchisme existe
et qu’il est tout près de nous.

Charlie, voile, laïcité et racisme dans l’Education Nationale

l’Education Nationale occupe un rôle central et prépondérant dans la montée du racisme et du fascisme en France, il est temps de monter sur le toit des écoles, collèges et lycées pour le crier, haut et fort.
La première affirmation est tout simplement énorme ! Voyons voir sur quoi elle s’appuie.

En 2015, on a vu fleurir sur les trousses des profs des pins « je suis Charlie ». « Je suis », un journal raciste, mysogine, homophobe et transphobe.
Charlie, c’est tout cela ? C’est tellement con qu’il est inutile de commenter. Mais c’est donc une bonne choses de liquider les journalistes d’un journal raciste, misogyne, homophobe et transphobe.

Aujourd’hui, il y a un nouveau pins sur la trousse : « je suis Samuel Paty ». « Je suis », un prof raciste, qui a cru pertinent de montrer des caricatures islamophobes, en les présentant comme un modèle à suivre de la liberté d’expression, et a discriminé ses élèves en proposant à celleux qui seraient choqué.es de sortir de classe.
Un prof qui fait un cours sur la liberté d’expression et qui montre des dessins pour illustrer son cours est un prof raciste ? Autant dire qu’un bon prof est celui qui se tait, qui ne montre rien, qui n’encourage pas l’esprit critique des élèves… Un bon prof comme ceux de Daesh?

Verra-t-on bientôt des pins « je suis Fatiha-Agag Boudjahlat » ? « Je suis » une prof raciste, transphobe, qui appelle publiquement sur twitter les terroristes blancs d’extrême droite à « remettre le score à égalité » ?
Répondez lui directement, répondez à ses arguments contenus dans “Combattre le voilement” ou “Le grand détournement”. Ce sera plus instructif que vos insultes.

Ou bien des pins « je suis Didier Lemaire » ? « Je suis » un prof raciste, fasciste, adepte de la théorie du grand remplacement, qui déclare que « Nous ne sommes pas loin d’un scénario à l’algérienne et nous ne sommes plus dans un état de paix. Il nous faut des lois d’exception qui visent l’ennemi et ne s’appliquent qu’à l’ennemi. » ?
Vu comme ce texte a commencé on peut avoir des doutes sur vos références. Mais il est évident qu’il doit être immédiatement décapité!

Combien de profs ont dénoncé la loi raciste de 2004 sur les signes religieux à l’école ?
La création de la « Charte de la laïcité » en 2003 ?
L’instauration de « référents laïcité » dans les académies, véritables commissaires politiques de la République ?
La place de plus en plus importante faite à la « laïcité » dans les programmes ainsi que dans la formation en INSPE (ex-ESPE) ?
La délation raciste de mineur.es à la police par des collègues ? La répression policière et judiciaire qui s’en est suivie ?
Bien trop peu. Et pas assez fort.
Le ou les signataires de ce texte soutiennent les signes religieux à l’école et veulent combattre la laïcité.

Si l’Education Nationale a toujours été une institution raciste, on pouvait avoir l’impression que contrairement à la Police, ce racisme ne concernait que l’institution elle-même, sa direction et non pas les profs, sauf à la marge. On pouvait se baser par exemple sur les sondages de sorties des urnes, qui montrent toujours que le vote FN/RN est très minoritaire dans l’enseignement.
Mais il est aujourd’hui évident que le racisme n’est pas et n’a jamais été l’exclusivité du FN. On le voit très clairement, au grand jour, dans la quasi-totalité des partis politiques y compris à « gauche » (PS, EELV, PCF, LFI, LO…), et dans certains syndicats (FO et FSU concernant les profs).
Ce constat est le même pour le corps professoral. Le racisme dans l’Education Nationale, ce n’est pas seulement le/la prof tellement raciste que sa haine saute aux yeux de tou.tes, c’est aussi le/la prof qui se dit antiraciste, républicain.e mais pense que « le voile musulman est un objet de soumission de la femme ».
Donc tout le monde est raciste, même les antiracistes républicains et féministes. En négatif ce que dit ce texte c’est que les seuls qui ne soient pas racistes sont … les islamistes!

Si l’Education Nationale est quelque peu hermétique au racisme « à l’ancienne », elle est en revanche complètement poreuse au racisme « républicain », qui ne dit pas son nom. Plus que poreuse, c’est en fait une institution qui est aux avants postes de ce nouveau racisme pour qui la laïcité fait office à la fois d’épée et de bouclier.
Le nouveau racisme c’est la laïcité ? Ce texte parait sur un site qui se proclame “une optique de contestation de l’ordre établi“? Donc propose d’en revenir à la main mise des curés d’avant 1905 ?

Qui a en effet fait du voile un objet de discussion central en France ? Ce sont des profs et des directeur.trices d’établissements scolaires, dès la fin des années 1980, notamment lors de « l’affaire de Creil ».
En septembre 1989, le principal d’un collège avait exclu trois élèves musulmanes au motif que « le voile est une marque religieuse incompatible avec le bon fonctionnement d’un établissement scolaire ». Il en avait profité pour stigmatiser les élèves juif.ves en dénonçant « une vingtaine de jeunes israélites [qui] ne viennent pas le samedi matin, ni le vendredi soir pendant l’hiver ». Tout ça avec le soutien des profs de son établissement. Cet évènement aura créé une tempête médiatique qui aurait pu s’achever avec un arrêt du Conseil d’Etat rendu en novembre 1989 disant clairement que « le port du voile islamique, en tant qu’expression religieuse, dans un établissement scolaire public, est compatible avec la laïcité ».

Mais c’était sans compter sur l’acharnement des professeurs et directeur.trices d’établissements scolaires, qui ont été très nombreux.ses à continuer de discriminer les élèves musulmanes, à vouloir absolument les dévoiler, quitte à aller à l’encontre d’un arrêt de la plus haute juridiction administrative de France. Quelques exemples :

  1. En 1990, trois élèves sont exclues du collège Pasteur de Noyon. Les enseignant.es d’un collège de Nantua se mettent en grève contre le port du voile à l’école.
  2. En octobre 1994, à Mantes la Jolie, manifestation des élèves du lycée Saint-Exupéry en faveur de la liberté de porter le voile en classe.
  3. Un mois plus tard, 24 élèves voilées sont expulsées de ce lycée et du lycée Faidherbe à Lille.

Entre 1993 et 2003, c’est une centaine d’élèves musulmanes qui seront exclues de collèges ou lycées publics pour port de voile « islamique ».
C’est aussi dans ce laps de temps qu’a eu lieu l’attaque du World Trade Center le 11 septembre 2001 par Al-Quaeda, faisant beaucoup pour la libération et la légitimation des discours racistes dans l’espace public, y compris dans les écoles.
Tout un historique pour montrer le total soutien du ou des signataires aux musulmanes qui se voilent. Pas un mot sur le contexte qui les amènent à se voiler, sur les pressions sociales, sur l’emprise des islamistes dans les quartiers. Et tant qu’à se situer dans l’Histoire pas un mot sur les massacres des années noires en Algérie, quand l’armée et les islamistes rivalisaient dans l’horreur et quand les pays civilisées comme la France fermaient les yeux et refusaient les visas aux victimes.

L’aboutissement de cette séquence -initiée par des profs et personnels de l’Education Nationale-, c’est la décision de Jacques Chirac (le même qui quelques années plus tôt se plaignait du « bruit et de l’odeur » des personnes noires et arabes) de créer une loi interdisant tout signe de port religieux à l’école, décision matérialisée par l’adoption de la loi n° 2004-228 du 15 mars 2004 sur les signes religieux à l’école. Loi qui permettra à l’Education Nationale d’exclure légalement des centaines d’élèves musulmanes de ses collèges et lycées.

Là où le FN/RN a échoué, le Printemps républicain a réussi et s’est répandu dans l’Education Nationale comme une gangrène.
Au grand jour, avec la nomination de personnes proches de ce parti ou y appartenant à des postes clés, comme recteur.trice,ou encore au conseil des « sages » de la laïcité, créé par le ministre, Blanquer, un partisan d’une ligne ultra-raciste d’interdiction du voile dans tout l’espace public. On y retrouve par exemple Laurent Bouvet, co-fondateur du printemps républicain. Ce parti infiltre aussi la formation des enseignant.es en INSPE (ex-ESPE). Par exemple, Frédérique de la Morena, membre du conseil des sages, autrice de livres racistes comme “Laïcité, une question de frontières”, et conférencière au Grand Orient de France aux côtés notamment d’Aurore Bergé, est formatrice à l’antenne de Montauban de l’INSPE de Toulouse.
Mais aussi, plus discrètement et insinieusement, avec la reprise des éléments de langage du Printemps républicain, par une partie du corps professoral, par des personnes qui n’osent pas être associées à ce parti mais en partagent les idées.
Et nous voila pris en tenaille entre l’extrême droite, qui se sert de la laïcité comme d’un cache sexe pour son racisme réel et ancien, et les islamistes qui veulent partout créer les conditions d’un affrontement entre les bons musulmans ou prétendus tels et les méchants racistes blancs. 

Et que se passe-t-il pour celleux qui ont le courage de dénoncer tout ce racisme ? Celleux qui le font individuellement sont au mieux ignoré.es, au pire se font sanctionner, ostraciser par la hiérarchie, celleux qui le font collectivement (comme Sud Education 93) servent d’exemple à des députés racistes pour justifier la dissolution de syndicats professionnels. Bientôt, les profs qui oseront parler de racisme d’Etat, de racisme systémique seront santionné.es par leur hiérarchie mais aussi par la justice pénale.
Pauvres victimes, ces islamos-gauchistes qui voient le racisme partout pour mieux se taire sur les attentats aveugles des islamistes, nouveaux fascistes.

Et pour les profs racistes ? Des ronds de serviette dans plus ou moins tous les grands médias, un soutien sans faille de toute la hiérarchie, du DASEN jusqu’au ministère, avec protection fonctionnelle, voire même protection policière pour les plus racistes.

Aux profs qui restent sur la touche, ne soyez plus complices du pire par silence et/ou inaction, faites vous entendre, et luttez contre la gangrène raciste, par tous les moyens.
Aux profs qui se voient comme des grains de sable dans la machine : un grain de sable ça abîme les engrenages tout doucement, mais un sabot ça bloque l’engrenage et ça casse la machine. Soyez des sabots. Sabotez.
Et applaudissez aux meurtres de Charlie, aux bombes de 2015, aux camions dans la foule, aux décapitations ! Ce sont là des sabotages contre le racisme généralisé !
Juste une précision: Dans islamo-gauchisme il y a “gauchisme” et il n’y pas une once de dénonciation du capitalisme dans ce texte. Il n’est donc pas islamo-gauchiste mais juste islamo tout court …

Caillou, le 20 février 2021

 

3 réflexions au sujet de « L’islamo-gauchisme ? Cela n’existe pas ? »

  1. Il n’est pas besoin d’aimer notre gouvernement et son “aile droite” pour savoir que les théories du complot sont la maladie qu’il faut dénoncer. Ici le complot a un petit assaisonnement (antimaçonnique), avec désignation personnelle des ennemis qu’il faut “détruire” (par quels moyens?). Merci pour cette “explication de texte” point par point, d’autant plus méritoire que il faut beaucoup de courage pour arriver au bout de ce tract…

  2. Oui, il y a des idiots partout, notamment sur internet.

    Je peux aussi te trouver des sites qui prétendent que la terre est plate.
    Qu’Hitler était une femme.
    Que des extraterrestres illuminatis contrôlent des reptiliens franc-maçons.
    Que le Parti Socialiste est un parti de gauche…

    Restons sérieux. Et buvons frais.

  3. Ce qu’en pense l’historienne Annie Lacroix-Riz (Paris VII).

    L’islamo-gauchisme n’est pas une réalité scientiifque, la ruine de l’enseignement français des mathématiques, si.

    Le bilan en histoire-géographie est au moins aussi catastrophique, comme l’ont montré en 2016 deux collègues du secondaire dont l’ouvrage, extrêmement éclairant, n’a pas eu d’écho, selon l’habitude : Gisèle Jamet et Joëlle Fontaine, Enseignement de l’histoire. Enjeux, controverses autour de la question du fascisme, Adapt-Snes éditions, Millau, 2016.

    J’ai été professeur du secondaire, près de treize ans (1972-début 1985, et je fais souvent de l’histoire-géographie avec mes petits-enfants : la dégradation des manuels est proprement stupéfiante, et j’avoue être strictement incapable de manier le moindre d’entre eux. Ils sont au sens propre incompréhensibles et je n’imagine pas qu’ils puissent tomber plus bas mais je me trompe probablement.

    Le bilan français en mathématiques, c’est-à-dire dans une discipline où la France a naguère figuré très honorablement, n’est évidemment pas pire que dans les autres disciplines.
    Sur ce point, notre jeune collègue fournit des remarques précieuses. Il en est de même sur les modes de recrutement, liés à la dégradation considérable du contenu des concours (qui, c’est incontestable, autrefois, avaient un haut niveau d’exigence disciplinaire, ce qui limitait notablement la propagande unilatérale désormais servie en sciences sociales), à celle du salaire réel, à la baisse très importante des heures d’enseignement qui, en français, a sérieusement facilité l’invasion du « globish », qui ne choque pas grand monde à l’Université.

    Nos professeurs sont forcément les victimes de l’effarante dégradation de l’enseignement secondaire, et cette dégradation a été et demeure clairement et très précisément programmée par « le processus de Lisbonne », sur lequel les collègues ne se renseignent pas assez, tant l’éducation civique et l’histoire à la sauce « européenne » les ont dissuadés de s’informer sur la réalité de cette Europe (y compris, sinon surtout quand elle a été choisie comme sujet de concours, 2007-2009), parce que les collègues responsables du sujet et de sa bibliographie avaient, ils l’ont avoué, le projet fondamental de faire expier à la France son vote de mai 2005.

    L’Europe est d’ailleurs une immense réussite pour ses fondateurs, qui étaient tous étroitement liés au grand capital : mais elle n’a réussi que dans le seul objectif qui lui avait été fixé à l’origine (les archives sont formelles), casser les salaires. Pour les États, c’est beaucoup plus facile à réaliser à plusieurs que tout seul, comme les hauts fonctionnaires l’avaient pertinemment observé dès la fin des années 1940 (Aux origines du carcan européen, 1900-1960, Paris, Delga, 2016), mais l’européisme s’est transformé en drogue dure, et à chaque élection, on nous serine, Le Monde et Libération aidant, affirmation qui trouve un grand écho dans nos milieux, qu’il y en a une meilleure, celle des « Fondateurs ». Ceux-ci étaient, si je puis me permettre cette horreur, aussi pire que nos actuels gouvernants, et l’avaient montré et démontré d’abondance, notamment au service du Cartel international de l’acier, avant et pendant la Deuxième Guerre mondiale. L’histoire est impitoyable…

    Les excellentes solutions que vous proposez et qui supposent en effet « des sous », pas consacrés à gaver le grand capital, impliquent un changement de société, qui pose la question des moyens politiques de sa réalisation. Et ça ne se fera pas en optant pour une « gauche » qui n’est pas à gauche.

    Bien cordialement,

    Annie Lacroix-Riz

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *