282 Kms en vélo

Nous sommes partis le lundi 7 août 2017 de très bonne heure.

Le premier rendez-vous est au lac de Sesquières. On prend beaucoup de retard car il faut réussir à remplir les 4 voitures d’accompagnement avec tout le matériel de camping pour 20 personnes: 18 adultes et 2 enfants. Il fait beau.
Le canal des deux mers s’ouvre à nous.

À Pompignan, chez des amis de Marie-Françoise, qui nous ont offert une salade de tomates et des concombres du jardin, première halte pique-nique… 

… on étudie les cartes pour fixer le prochain rendez-vous.Et tout le monde est très attentif aux consignes.

Faire attention au soleil, donc un chapeau et placer le casque par dessus…

et nous voilà repartis.

Après une belle journée nous arrivons à Moissac, au camping « Le Moulin de Bidounet ».
(82 Km) Il faut monter les tentes et préparer le repas, salade de tomates et pâtes à la ratatouille de Rosemyne.

À l’heure de l’apéritif, avec de la Carthagène  du Minervois, offerte par Jenny, nous posons tous (non, il manque Hubert et Carmen) bien sagement devant l’objectif. Mais l’orage menace… Il va pleuvoir toute la nuit et malheur à ceux dont la tente (usée jusqu’à corde) prend l’eau. Ils se réveillent avec toutes leurs affaires trempées.

Et nous voilà repartis. Rouler par cette fraîcheur matinale est très agréable. Sur le chemin de halage du canal le seul inconvénient ce sont les racines des platanes qui en déforment le revêtement. Au point d’en faire mal aux fesses.

La pause méridienne se fait à l’écluse Le noble. Et petit à petit les cyclistes de l’équipe arrivent pour se restaurer tous ensemble. 

Un autre arrêt se fait à l’écluse de Sérignac.

Puis nous terminons la journée au Camping du Lac, à St Pierre de Buzet,  juste avant Damazan. (165 Km) La soirée se passe très bien, dans un magnifique coucher de soleil, mais  le retard accumulé le matin par nos déboires météorologiques et la préparation des tentes et du repas (coquillettes à la ratatouille)  nous font coucher très tard…

Et le lendemain matin nous ne sommes pas très frais !

D’autant que la pluie revient en plein petit-déjeuner!

On se réfugie où on peut, par exemple dans les toilettes du camping et là on étudie la météo et les cartes pour s’inquiéter de la journée qui commence.

Ces péripéties humides m’amènent à composer, au rythme de ma bicyclette, une ode très périssable que j’intitule: La nuit de Damazan

C’est l’équipée sauvage
au soir du deuxième jour
qui choisit cet ombrage
pour le repos du tour.

Sous les trois chênes immenses
dans le soleil couchant
qui brillait sur l’étang
ils plantèrent leurs tentes.

Pour une vague histoire
de téléphone caché
dans une tente pliée
ils étaient en retard.

La nuit tombait guillerette
ils étaient fatigués
Rosemyne s’affairait
ils firent des coquillettes.

Jean-Paul s’écria
que la lumière soit
Samuel jetait des cordes
et la lumière fut.

Ils croyaient faire bombance
il n’y eut pas d’saucisson
heureusement qu’Hubert
distribuait les canons.

Carmen râlait un peu
elle alla se coucher
tout le monde parfait trop fort
la lune se levait.

Et la nuit fut très belle
les étoiles sur la voûte
les berçaient dans leurs lits
au son de l’autoroute.

Le lendemain matin
l’averse fut énorme
il plut d’un coup les cordes
que Samuel avait jetées.

Et l’équipée sauvage
tout juste un peu trempée
a repris son voyage
vers d’autres randonnées.


Et nous reprenons la route jusqu’à la prochaine halte…

… au Mas d’Agenais, où nous avons rendez-vous pour le déjeuner.

Les cyclistes de l’équipe ne visitent ni la Halle ni la Collégiale, (car elles sont trop en hauteur), et mal nous en prend car l’averse nous surprend de nouveau en plein repas…

Et nous terminons la journée au camping de la Réole. (211 Km) C’est le camping municipal. Deux douches pour tout un camping bondé et des toilettes datant du XIXème siècle…
Le soir nous allons manger au « Marché de Producteurs de Pays » à Meilhan, de grandes tables sur la place, des stands de toutes sortes de productions locales, des barquettes de frites, du vin… et de la musique dans le genre flon-flon.

Nous partons à quelques uns faire le tour du promontoire. Une très belle vue sur le fleuve et le canal et sur la plaine…

Mais la nuit tombe et demain nous quittons la vallée de la Garonne pour rejoindre celle de la Dordogne et St Émilion. Et nous savons bien qu’il va falloir grimper.

Nous nous retrouvons pour manger à Sauveterre de Guyenne. Jeff a fait beaucoup d’images…
À partir de là une excellente piste cyclable, la piste Lapébie  sur une ancienne voie ferrée. Piste bucolique qui va permettre de remonter vers le nord, vers Branne et la traversée de la Dordogne…
Puis nous montons à St Émilion et 5 Km plus loin nous arrivons à St Christophe des Bardes.  au Moulin de Lagnet (282 Km).
Pierrot et Annelise, vignerons en bio, nous y attendent et nous font visiter leurs caves.

Le reste du voyage se fait autour de grandes tables et de bonnes bouteilles…

Et puis chacun repart dans sa propre direction, vers de nouvelles aventures…

Et le lendemain matin, le 11 août, avec les derniers participants nous mangeons avec nos hôtes.

A l’année prochaine ? Pourquoi pas?
Merci à toutes les personnes qui ont organisé, qui ont conduit les voitures et qui nous ont reçus.

Envoyez moi d’autres images. Je les rajouterai…
Caillou, le 16 août 2017

Parallèle 50: quelques hommes…

Artur London mentionne, dans son livre  L’Aveu, paru en 1968, sa participation à  la direction politique de Parallèle 50.

P50 N°31 25 janvier 1947
Parallèle 50 N°31 du 25 janvier 1947

André Simone, journaliste tchèque, de son vrai nom Otto Katz, fut exécuté en 1952, en Tchécoslovaquie,  dans le cadre du procès Slansky.

P50 N°32 1er février 1947
Parallèle 50 N°32 du 1er février 1947

André Ulmann. Journaliste, ancien résistant et déporté de Mauthausen.
Disparu en 1970. Il dirigea surtout la revue La tribune des Nations

TdN N°50 30 août 1946
Tribune des Nations N°50 du 30 août 1946

Edgar Morin. Il ne resta pas très longtemps dans ce journal. Dans Autocritique, Edgar Morin indique que « ce journal » lui a été interdit.

P50 N°73 2O décembre 1947

André Fougerousse. Ancien déporté de Mauthausen.
Il travailla ensuite dans la revue Constellation.
Je ne sais rien de plus sur cet ami de mon père.

P50 N°57 30 août 1947 fusion

 Constellation N°65

Voilà. Ces revues sont conservées précieusement à  la BNF ou à la BDIC de Nanterre.

Je n’ai trouvé qu’une seule étude universitaire sur Parrallèle 50.
Parallèle 50: un périodique tchécoslovaque, communiste et parisien contre la division de l’Europe 
de Françoise NOIRANT
On peut en lire des extraits ici:
http://www.persee.fr/doc/mat_0769-3206_2000_num_59_1_403228

Par ailleurs on trouve de nombreuses référence à André Ulmann dans les livres de
Thierry Wolton, Le KGB en France, Dominique Desanti, Les staliniens 1944-1956 et Ce que le siècle m’a dit, Frédéric Charpier,  l’Agent Jacques Duclos.
Mais le personnage étant extrêmement trouble, à la fois grand résistant, membre de la résistance intérieure dans le camp de concentration de Mauthausen, mais aussi peut être agent d’influence soviétique, manipulateur dans le procès Kravtchenko (J’ai choisi la liberté), je laisse son mystère reposer.
Après tout qui cela peut-il encore intéresser?
Je referme doucement, avec ses rubans, le grand paquet gris contenant la revue
Parallèle 50 de la bibliothèque de Nanterre…

Caillou, le 2 août 2017

 

Parallèle 50, une plongée dans l’Histoire.

Parallèle 50 N°30

Mon père, Georges Bernard, travaillait dans ce journal, Parallèle 50, paru dans l’immédiat après-guerre. Il y était entré sur les conseils de André Fougerouse.
Ce journal était dirigé par Arthur London (1°) et un des éditorialistes principaux en était André Ulmann (2°). Tous les quatre étaient des anciens résistants et déportés du camp de concentration de Mauthausen.
Et dans ces années où le Parti Communiste s’intitulait « le Parti des fusillés » c’est tout naturellement qu’ils étaient communistes.

Parallèle 50 était un journal d’information sur les pays de l’Est et sur la Tchécoslovaquie en particulier.
Et là une date importante: février 1948, le Coup de Prague (3°) où les staliniens prennent vraiment le pouvoir à Prague, pouvoir qu’ils partageaient jusque là avec les sociaux-démocrates, les agrariens, les démocrates slovaques et les socialistes-nationaux.

Le seul article de Georges que je retrouve dans Parallèle 50 est du 19 avril 1947 donc dans une période où perdure encore l’illusion d’une cohabitation commerciale et culturelle entre Communisme et Capitalisme, entre l’Union Soviétique et  l’Ouest… Illusion qui va s’effondrer avec la guerre froide.

P50 N°38 19 avril 1947 Georges - copie

SYMBOLE DE PRAGUE
La défaite du Reich hitlérien a consacré, parmi tant d’autres écroulements, celui de Vienne comme métropole de l’Europe centrale.

La décadence de la capitale de l’ancien empire des Habsbourg, commencée dès la fin de la première guerre mondiale, s’était accélérée après l’Anschluss. Le « Prater » n’était pas fait pour servir de terrain d’exercices aux Chemises brunes, ni les frondaisons de Schœnbrunn pour abriter les automitrailleuses de la Wehrmacht.
Vienne perdit ses raisons d’être une grande capitale. Elle dut s’effacer devant Berlin et devint une cité provinciale privée des apports qui lui avaient donné jusque-là son faste et son rayonnement.
Cependant, entre Paris, Moscou et Constantinople, la géographie comme l’histoire imposent la présence d’une ville de caractère international. La succession de Vienne est ouverte.
A l’issue de la guerre, il s’avère que Prague est appelée, désormais, à jouer ce rôle de capitale pour tous les pays du centre de l’Europe.
Prague, la « ville dorée », la « ville aux cent tours », est sortie miraculeusement intacte du cataclysme. Alors qu’autour d’elle Belgrade, Varsovie, Vienne sont devenues des monceaux de ruines, Prague a gardé les merveilleuses richesses architecturales qui ont fait une partie de sa gloire. A ces causes matérielles du nouvel essor de Prague s’ajoutent des raisons d’ordre moral, car on ne peut oublier que la capitale de la Tchécoslovaquie fut le lieu de naissance de la résistance antihitlérienne et que les premiers martyrs de la cause de la liberté furent de ses citoyens.
Prague est aujourd’hui un symbole riche de signification. Elle se trouve sur la ligne de séparation de « l’Ouest » et de « l’Est ». Sur ce qu’on ne peut appeler autrement que cette frontière de deux mondes souvent opposés, elle demeure un lieu de convergences pacifiques. Nulle part ailleurs les deux systèmes n’ont davantage d’occasions de contact non seulement dépourvus de violence mais encore chargés d’espérance et d’amitié.
Le gouvernement de Prague est présidé par le communiste Gottwald, dont l’adjoint est un prélat catholique : Mgr Schramek. Une compétition courtoise et une discussion parfois animée mais jamais venimeuse mettent aux prises les différents partis de Tchécoslovaquie mais toujours selon les règles d’une démocratie bien comprise.
La Tchécoslovaquie n’a qu’une courte frontière qui ne soit pas commune avec l’Union soviétique, c’est celle qui la sépare de la zone d’occupation américaine en Allemagne.
Les conséquences de la guerre l’ont rendue voisine et tributaire de l’URSS, dont elle est l’alliée, mais ce voisinage ne lui impose nulle restriction de liberté.
Vers Prague se tournent les regards de tous ceux qui persévèrent dans leur espoir d’une synthèse possible entre les deux systèmes qui tendent à se partager le monde. Ils y voient la promesse d’une construction pacifique du monde.
Dominant l’étagement des maisons et des palais, le Hradchany domine Prague. Il abrite le premier personnage de l’État, le président Bénès, qui a représenté pendant toute la guerre la Tchécoslovaquie libre aux côtés des Alliés. Sa popularité ne le cède qu’à celle dont jouissait le président libérateur T-G. Masaryk. Comme Masaryk, Edouard Bénès est un philosophe imprégné de culture occidentale. Sa formation intellectuelle comme son expérience politique en ont fait un démocrate qui sait apprécier le prix de la liberté. Aussi bien son action à la tête de l’État tchécoslovaque s’inspire-t-elle du permanent souci de conciliation et de synthèse des deux influences dont Prague demeure le point de rencontre fraternel. Puisse la ville de Jean Huss devenir l’exemple que les hommes voudront suivre !
Georges BERNARD

 Voici un article qui va dans le même sens et s’étonne du « rideau de fer ».
Il date du mois de mai 1947

P50 N°41 10 mai 1947 rideau de fer

 Ou celui-ci, du romancier Louis Martin Chauffier (4°) et qui date de août 1947:

P50 N°56 28 août 1947 Chauffier petit

Prague choisit la paix… et joue gagnant.
par L. MARTIN-CHAUFFIER

La raison du voyage que je viens de faire en Tchécoslovaquie, en Roumanie et en Hongrie était de prononcer des conférences. Mais le dessein qui me poussait de ville en ville, de pays en pays, débordait cette fin officielle. Je venais moins pour donner que pour recevoir. Plus exactement, j’étais en quête d’échanges.
Je cherchais réponse à la question à mon gré la plus pressante et la plus grave, car de ce qu’elle allait être dépendait l’avenir de la paix. Pouvait-on concilier l’exercice de la liberté et l’établissement de la justice sociale ; une certaine notion de l’homme, ancienne et éprouvée et l’avènement d’une société nouvelle où la justice, en effet, économique et sociale établirait de nouveaux rapports entre les hommes dans leur communauté? Si la réponse était favorable, tout pouvait être sauvé. Mieux que sauvé : à partir du moment où le salut est possible, on peut aller plus loin et prétendre au progrès.
Je dois dire dès maintenant que je suis revenu en France plus optimiste que je n’en étais parti. Les événements qui ont suivi mon retour ont pu provoquer de légitimes inquiétudes; mais non point altérer une confiance qui repose sur un fond plus solide que l’événement.
La paix n’est pas établie. Mais les conditions de la paix sont définies. Elles ne sont point, pour autant, réalisées, ni même préférées. On les connaît pourtant, et c’est beaucoup. Et j’ai vu au moins un pays où elles étaient en voie de réalisation; deux autres où elles constituaient l’objet de leur préférence.
La Tchécoslovaquie m’a apporté mieux qu’une réponse : la preuve par les faits. Elle a choisi la paix, et joue gagnant. Si, dans l’ordre de l’établissement de la démocratie, elle est en avance sur la Roumanie et la Hongrie (1), les raisons en sont multiples. La Tchécoslovaquie n’a plus à faire l’apprentissage de la démocratie Elle l’a reçu, au sortir de l’autre guerre, des mains de Masaryk et de la bienveillance des Alliés. Elle s’y est adaptée sur-le-champ et lui a donné une de ses formes les plus achevées. Soutenue dans cette réussite, non seulement par l’esprit de son peuple, mais par la chance de pouvoir confier la conduite de l’État à deux grands présidents, dont le second a reçu les leçons, suivi les principes du premier.
Quand, avant même la fin de cette guerre, le retour de Bénès a confirmé la continuité de la pensée politique tchécoslovaque, le pays s’est mis aussitôt à l’œuvre et a appliqué les décisions communes à tous les partis et mûries dans l’exil. C’est de cette promptitude et de cette rigueur que j’ai pu admirer les effets.
Un pays qui a pu restaurer sa monnaie – au prix de quels sacrifices – établir un juste équilibre entre les salaires et les prix, redresser son industrie, chasser les Allemands des Sudètes et dépouiller la noblesse collaboratrice, promulguer et commencer d’accomplir un plan de reconstruction et de justice sociale ; voilà, certes, un modèle à proposer. Il y faut un peuple sage, rude et fier, dur au travail, qui aime l’ordre, la liberté, la sécurité, en attendant la récompense que méritent ses vertus.
Mais tout cela, je le répète, est d’abord l’effet de la promptitude et de la rigueur, qu’un Français ne peut pas admirer sans envie. Et il n’admirera pas moins que cette promptitude ne se déforme pas en une hâte imprudente dans les domaines où la réflexion s’impose. La Tchécoslovaquie n’a pas encore établi sa nouvelle Constitution. Elle n’a pas à se presser, rien ne menace la République; et, si le problème slovaque soulève des difficultés, il ne menace pas l’unité de l’État. Tous les partis, dans ce pays sans riches et sans esclaves, cherchent ensemble une définition commune de la démocratie adaptée à l’époque et aux données du réel; une démocratie proprement nationale, c’est-à-dire universelle dans ses principes et particulière dans leur application : une dans son désir égal de la liberté et de la justice, pluraliste dans ses opinions et ses moyens; une dans l’État, diverse dans ses ressources et ses expressions.
Voilà bien ce qui m’a réconforté. En ce point central de l’Europe, à l’Est comme à l’Ouest, la Tchécoslovaquie reconnaît les siens. Les partis sont unanimes à vouloir que la politique étrangère soit liée à celle de l’U.R.S.S. Tout, en effet, les y convie : la géographie, les intérêts économiques, les affinités, la prudence, la méfiance de l’Allemagne, souci majeur.
Mais, en même temps, elle tourne vers l’Ouest le regard et l’esprit. Elle veut jeter dans sa pâte tous les ferments qui la font lever et qui, ensemble, permettront de composer ce que le monde entier devrait souhaiter : des hommes libres dans une société juste.
Pour cela, il ne faut point d’exclusive. À chaque pas, en toute occasion, dans ce pays qui possède la liberté intérieure et tend vers la justice, j’ai reconnu les marques de cette durée vivante d’un peuple, d’un État qui ne renient aucune des grandeurs du passé — mais ne retiennent du passé que ses grandeurs et ses valeurs efficaces — et qui l’ajustent, l’intègrent, le prolongent de toutes les valeurs nouvelles dont l’époque, le voisinage, les amitiés traditionnelles lui offrent les exemples ou les modèles assimilables.
L’unité dans la diversité, condition de la liberté : tel peut être l’apport de la France — pays du dialogue — en échange de cette promesse que propose à tous la Tchécoslovaquie : la contradiction à laquelle on veut réduire les éléments civilisateurs distincts, mais non opposés, est une imposture majeure.
Elle en démontre l’erreur mortelle, comme le sage démontrait le mouvement en marchant. Slave et latine, millénaire et jeune, la Tchécoslovaquie, qui a surmonté toutes les tyrannies et sauvé son âme et sa langue, me paraît vraiment la terre, la nation faites pour réconforter l’espérance et rompre les fausses barrières.
1° Il ne s’agit en effet que d’une avance. J’aurais l’occasion de revenir sur ces deux pays où se forme déjà une conscience démocratique contrariée longtemps par les conditions historiques.

 Mais ces articles semblent très naïfs quand quelque mois plus tard Parallèle 50 devient la vitrine du système liberticide qui s’étend sur les pays de l’Est. Comme par exemple cette retranscription du procès des démocrates slovaques du 15 novembre 1947:

P50 N°68 15 novembre 1947 - copie

Parallèle 50 N° 68 du 15 novembre 1947
La crise tchécoslovaque est une affaire intérieure.
Découverte d’un complot en Slovaquie.
Le commissariat à l’intérieur de Slovaquie a annoncé officiellement, d’après les premières informations, que ses organes de sécurité avaient découvert une nouvelle organisation antigouvernementale.

Cette organisation avait Brastislava pour centre ; elle travaillait en relations étroites avec des émigrés slovaques de l’étranger et préparait la destruction et la liquidation de la République tchécoslovaque. Dans l’état actuel de l’enquête, on a pu mettre en lumière les faits suivants :
1° L’organisation centrale a été créée selon les directions des émigrants et son activité était dirigée selon le programme des représentants des émigrants ;
2° Cette organisation illégale anti-nationale avait établi des plans d’espionnage économique, politique et militaire, dont les résultats devaient être livrés à des puissances étrangères.
3° La centrale avait presque terminé l’organisation des secteurs. Au point de vue technique, il est nécessaire de préciser qu’à la tête des secteurs se trouvaient de hauts fonctionnaires de l’État, d’anciens collaborateurs faisant partie de l’élite intellectuelle et des hommes politiques. La réalité confirme l’état avancé des préparatifs. On envoyait de l’étranger en Slovaquie des décrets de nomination pour les membres du centre et hauts fonctionnaires de l’organisation.
4° Le but de cette organisation était l’exécution d’un coup d’État et la destruction de la République tchécoslovaque par un coup de force exécuté à un moment opportun de la situation politique Internationale.
5° Des liaisons passaient régulièrement en Slovaquie, et étaient également munies d’un matériel parfaitement approprié. Dans ce matériel, on a trouvé des décrets et des lettres de créance manuscrites établies par le Dr Durcansksy pour les représentants et les agents du mouvement.
Jusqu’à présent, les personnes arrêtées, parmi lesquelles se trouvent des membres de la centrale du réseau, reconnaissent et confirment les uns et les autres leur action criminelle.
Exposé de M. Ferjencik, commissaire slovaque l’intérieur, sur les plans et organisation du complot.
Le Dr Ferjencik, commissaire à l’Intérieur, a fait le 25 octobre devant l’Assemblée des commissaires, à Bratislava, un exposé détaillé sur l’activité des membres arrêtés des groupes ayant participé au complot de Slovaquie. Dans le préambule de son exposé, il a déclaré que l’idéologie des membres du complot était fondée sur la propagande fasciste de l’ex-État slovaque et qu’elle a trouvé un terrain favorable dans une certaine partie de la population, surtout auprès des intellectuels, ces milieux ayant persisté dans leur attitude anti tchécoslovaque même après la Libération.

Il existe, outre le fameux groupe de Durcansky, quatre autres groupes de conspirateurs se trouvant à l’étranger: à savoir : 1) le groupe de résistance révolutionnaire slovaque dans la zone d’occupation française en Allemagne ; 2) le groupe de Charles Sidor à Rome ; 3) celui de Constantin Culen aux États-Unis ; 4) le groupe de Pridarek à Londres. Durcansky entra en relation avec la clandestinité slovaque par le truchement du groupe de résistance révolutionnaire slovaque pour recevoir des informations de caractère politique, militaire et économique qu’il utilisait surtout dans les nombreux memoranda qu’il a envoyés aux hommes d’État de diverses puissances. Durcansky a aussi fait tenir en Slovaquie, à l’aide d’émissaires, des directives précises concernant l’activité gouvernementale.
L’arrestation de Rudolf Komander – agent de liaison du groupe de résistance révolutionnaire slovaque – qui était en mission de liaison en Slovaquie et rentra ensuite en Autriche a aidé à démasquer ce groupe.
Dès le commencement de l’année dernière, les services de la Sûreté nationale démasquèrent l’activité du Dr Chalmovsky. II a pu être prouvé que celui-ci était rentré d’émigration sur l’ordre des chefs se trouvant à l’étranger. II a été condamné par le Tribunal régional de Brastislava à huit mois de prison. Après avoir purgé sa peine, il s’est enfui de nouveau à l’étranger.
Au cours de l’été 1946, un autre troupe antigouvernemental a été démasqué et liquidé. Ce groupe entretenait des liaisons avec l’étranger par le truchement de l’étudiant Fera Panek.
Peu de temps après, les services de la Sûreté réussirent à arrêter Fero Petras et William Mihalovic, agents de liaison du religieux Victor Kaciarik. Après l’interrogatoire de ces individus, on a pu démasquer et liquider ce qu’on appelle la Centrale de Vienne et arrêter son organisateur Michel Stefula. La découverte du groupe de Zilina a mis sur les traces d’un complice se trouvant dans le pays et d’un des agents de liaison principaux et longtemps recherché, l’étudiant émigré Rudolf Komander, alias Kostra, qui fut arrêté avec tous les papiers l’accréditant. Après la récupération de tout ce matériel, les organismes de la Sûreté nationale ont procédé à la mise au grand jour et à la liquidation de tout le groupe du Dr Durcansky.
Lors de la découverte de ce qu’on appelle le groupe Durcansky, parmi les premières personnes arrêtées furent les membres de la Direction centrale du Comité d’action slovaque en Slovaquie. Un des principaux collaborateurs de Durcansky en Tchécoslovaquie et son principal agent de renseignements était Otto Obuch, qui, en sa qualité de fonctionnaire du cabinet de la vice-présidence du Conseil envoyait à Durcansky des renseignements sur les séances confidentielles et secrètes du gouvernement qu’il s’appropriait.
À la date du 14 octobre on avait arrêté 88 personnes, au 21 octobre 124, dont 14 ont été remises en liberté. 53 personnes ont été inculpées définitivement et 57 provisoirement.
Dans la conclusion, le Dr Fer-Jenclk apprécia l’influence de l’activité des groupes antigouvernementaux sur l’opinion publique en Slovaquie. II a déclaré que la découverte et la liquidation des deux groupes antigouvernementaux de Slovaquie ont provoqué un grand nombre de conjectures erronées, d’hypothèses et de commentaires qui ont été présentés par la presse étrangère de manière fantaisiste.
Le cas du secrétaire général du parti démocrate slovaque le député J. Kempny
Le Dr Husak, président du Conseil des commissaires, a remis au gouvernement et au Conseil national slovaque la démission de tout le Conseil des commissaires. La déclaration des membres communistes du Conseil des commissaires proclame que ce Conseil, avec sa majorité de démocrates slovaques « non seulement n’a pas su limiter, mais a favorisé nettement, et sur une grande échelle, l’activité de trahison et d’espionnage d’éléments antinationaux »

Voici le communiqué du ministère de l’intérieur en date du 3 novembre 1947 :
« Sur une demande du tribunal régional de Bratislava en date du 29 septembre 1947, l’Assemblée nationale constituante a fait ouvrir une information judiciaire et intenté des poursuites contre le député Jan Kempny, secrétaire général du parti démocrate slovaque.
Les bases sur lesquelles Kempny est l’objet de poursuites se sont substantiellement élargies ces derniers jours grâce à l’enquête de la Sûreté slovaque. Il a été vérifié que le Dr Jan Kempny, dès 1944, jusqu’à la libération de Bratislava par l’armée soviétique, a participé aux réunions des jeunes radicaux populistes dirigés par le Dr Ferdinand Durcansky. À ces réunions  il a été décidé que les populistes devaient, après la Libération, s’infiltrer dans l’appareil ainsi que dans les institutions politiques économiques et culturelles de l’État et y travailler en vue de la restauration de l’État slovaque.
Le Dr Kempny obéissait strictement à ces directives.
Le député Dr Jan Kempny avait reçu du Dr Ferdinand Durcansky des instructions, par le truchement d’un des membres de son groupe subversif, au cours de réunions secrètes qui se tenaient chez lui.
Des rapports ont été plusieurs fois lus sur les résultats des voyages qui conduisirent ce membre important du groupe chez Priedavka, à Londres, et chez Kirschbaum en Suisse, qui l’un et l’autre travaillaient contre la République tchécoslovaque. On lisait aussi à ces réunions un matériel de propagande antigouvernemental amené secrètement en Tchécoslovaquie.…/…
Copyright « PARALLELE 50 »

Tous les ingrédients des procès staliniens sont déjà là.
Etrange impression de lire quelques années plus tôt, en 1947, dans le journal dont il était le directeur, la description d’un complot qui va broyer des hommes comme Arthur London en 1951…

Après février 1948 et le Coup de Prague, Parallèle 50 perd tout intérêt et devient un journal de propagande  stalinienne où pourtant beaucoup d’intellectuel(e)s de ces années là ont écrit:

P50 N°69 22 octobre 1947 petit

Notes:
1° https://fr.wikipedia.org/wiki/Artur_London
2° https://fr.wikipedia.org/wiki/André_Ulmann
3° https://fr.wikipedia.org/wiki/Coup_de_Prague
4° https://fr.wikipedia.org/wiki/Louis_Martin-Chauffier

Caillou, le 1er août 2017

Gilles Ory, Militant !

gilles 04 juillet 2011 interview avanti
Gilles Ory, ante-diluvien par choix (vu que communiste…) baron de trezalouest par la naissance….
J’ai la grande douleur de vous annoncer une disparition brutale, celle de notre ami Gilles Ory, un camarade syndicaliste de SUD PTT, résolu, opiniâtre, fédérateur. Le batteur de l’ancien groupe de musique La Teigne était aussi un nouvel adhérent de Coup de Soleil Midi-Pyrénées. Il est décédé à la suite d’une crise cardiaque.Nous sommes très touchés et très tristes pour ses deux fils, Bastien et David,
pour sa familles et ses camarades de lutte.

L’incinération aura lieu lundi 15 mai à 11H40 à Cornebarrieu.
Quelques messages reçus

Salut à toutes et tous,

Je viens d’apprendre comme vous que Gilles était décédé et le choc est d’autant plus fort que j’étais à son pot de départ en retraite il y a une dizaine de jours à peine. Nous y avions beaucoup échangé sur les élections, le syndicat et lui aussi qui était encore au stade des questions sur sa vie personnelle mais déjà partant à nouveau pour des engagements auprès de Solidaires et ses militant-es.
Nous perdons un deuxième grand bonhomme de notre syndicalisme local après Claude. Cela me touche d’autant plus que j’ai plusieurs documents sur la bagarre pour notre représentativité au Ceser en 2011 que je manie beaucoup dans la période et qui portent leur marque commune quand ce n’est pas leur signature.
Je suis bien triste de cette nouvelle et le sourire comme le regard taquins et futés de Gilles me manquent déjà. En même temps je me dis que nous avons une responsabilité supplémentaire à organiser et poursuivre l’organisation, le fonctionnement et les combats de Solidaires 31 que Claude et Gilles ont mis tant d’énergie à porter et à défendre.
Mes amitiés à toutes et tous
Christian

Merci Christian pour ce message.
Ce sont des amis de la Teigne qui mon appris hier cette terrible nouvelle. Je suis comme toi et beaucoup d’entre les Solidaires toujours sous le choc et n’arrive pas à y croire. Solidaires perd un précieux militant. Gilles était venu avec la Teigne jouer pour mon départ en retraite en Aveyron . Un concert et un moment inoubliable à la lueur d’un lampadaire communal et sur un macadan un peu rugueux ils avaient joué, chanté fait passer des messages de lutte et de solidarité à un public de militants et syndicalistes convaincus mais aussi à un public de villageois aveyronnais émerveillés, tellement séduits qui n’ont pas hésité à rester jusqu’au bout de ce grand moment tellement ils avaient su les captiver. J’ai échangé et travaillé plus particulièrement avec Gilles alors que j’étais élue à la Région pour faire avancer le dossier de la représentativité de Solidaires au CESER. Je voudrais ici témoigner de son esprit d’ouverture, de son intelligence politique, de son souci de rassembler, de fédérer, de ses capacités d’écoute. Gilles était un bosseur, un militant sur qui on pouvait compter, discret, et efficace, soucieux et respecteux du collectif. Oui il a été un précieux maillon dans la défense de ce dossier qui a abouti à la représentaion de Solidaires au CESER . Je ne pourrai pas hélas être lundi à Cornebarrieu pour lui faire mes adieux et lui rendre hommage. Ce que je regrette beaucoup. Je serai de tout coeur avec vous.
Marie-Françoise

Bonjour Marc,
C’est vraiment une triste nouvelle que tu m’apprends là, surtout que faire de la musique ensemble, ça créé des liens particuliers, une entente au délà des mots.
J’ai envie de te raconter cette petite anecdote, lue dans un livre. Une petite fille demande si son papa, qui vient de mourir, va aller ou pas au paradis. La personne qui lui répond, est bien embêtée, car elle ne croit ni au paradis ni à l’enfer, alors elle lui dit que oui, parce que son père était un artiste, et que les artistes vont toujours au paradis, parce qu’ils ont passé leur vie à rêver la vie et à l’embellir pour eux et pour les autres. En espérant retrouver Gilles le batteur, au paradis des musiciens, au détour d’une note, d’une chanson, pour un bœuf unissant les vivants et ceux qui ont cessé plus tôt que nous de l’être, mais qui le sont toujours au cœur de nos musiques. Je t’embrasse et je pense bien à vous ce soir pour votre soirée autour de Gilles, en répétition avec mon groupe de trad, je lui dédierai en pensée cette valse : « ceux qui s’en vont ».
Bises,
Claire

Cher Gilles,

En un bien court trimestre, tu nous as apporté beaucoup. Beaucoup d’espoir. Tu nous a rappelé que la bataille se livre sur tous les horizons et partout dans le quotidien. Les conditions désastreuses de tous les boulots salariés et les combats que nous devons mener à la base (d’abord l’instruction des « jeunes recrues ») ont de quoi nous occuper dix vies.
Tu es passé comme quelque flamboyante météorite dans la nuit de nos désespoirs.
Cela ne s’oublie pas.
In girum imus nocte et consumimur igni.
Nous tournons en rond dans la nuit en nous consumant dans le feu.
Dominique

Continuer la lecture de Gilles Ory, Militant !

Merlinettes parachutées… suite

Un autre article de journal, du 16 juillet 2000.

merlinette

 

Article du 16 juillet 2000
Premier paragraphe / para (cha)chutiste ! (coquille)
LIBERATOR B24 (et non B14) : Quadrimoteur américain .
Elles furent parachutées d’Alger par l’OSS .
Hébergement hôtel restaurant en face de la gare.
Place de Jaude, place emblématique de Clermont-Ferrand.

Je remercie encore Jean-Georges Jaillot-Combelas
pour son envoi. Je rappelle d’ailleurs qu’il est
à la recherche de tout témoignage concernant les Merlinettes.
On peut le joindre par l’intermédiaire de ce blog en envoyant
un commentaire que je lui transmettrai.

Caillou, le 30 mars 2017

Merlinettes parachutées…

Dans cet article du journal La Montagne, paru le 11 juillet 2000, on en apprend un peu plus sur ces femmes admirables, les transmissionistes, surnommées les Merlinettes, qui combattaient contre l’occupation nazie pendant la seconde guerre mondiale.
Et en particulier sur celles qui furent parachutées en France.

Article La Montagne  J-C Delaygues . Photos Pierre Couble.

MERLIN1

MERLIN2

L’historien Jean-Georges  Jaillot-Combelas
apporte quelques précisions et corrections:

Continuer la lecture de Merlinettes parachutées…