Le silence et le froid.

Après les massacres de Paris, se poser, s’emmitoufler, se taire, réfléchir et… dessiner.

Dessin à Eaunes web

Derrière l’abbaye de Eaunes, un après midi gris d’hiver.

Caillou, le 5 décembre 2015

 

 

 

 

5 réflexions au sujet de « Le silence et le froid. »

  1. Je t’envoie un beau lever de soleil sur la grande bleue , un matin de printemps .
    En fermant les yeux pendant 6 respirations profondes , à chacun de le visualiser comme il veut .
    Ça met de la lumière dans le cerveau et de la chaleur au coeur .

  2. tronc fendu, écorce rugueuse, et la branche enveloppante de tendresse. Ne vois-tu pas une larme qui perle à son extrémité?
    Salut et fraternité,
    Alain Callès

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *