Archives de catégorie : Mémoire

282 Kms en vélo

Nous sommes partis le lundi 7 août 2017 de très bonne heure.

Le premier rendez-vous est au lac de Sesquières. On prend beaucoup de retard car il faut réussir à remplir les 4 voitures d’accompagnement avec tout le matériel de camping pour 20 personnes: 18 adultes et 2 enfants. Il fait beau.
Le canal des deux mers s’ouvre à nous.

À Pompignan, chez des amis de Marie-Françoise, qui nous ont offert une salade de tomates et des concombres du jardin, première halte pique-nique… 

… on étudie les cartes pour fixer le prochain rendez-vous.Et tout le monde est très attentif aux consignes.

Faire attention au soleil, donc un chapeau et placer le casque par dessus…

et nous voilà repartis.

Après une belle journée nous arrivons à Moissac, au camping « Le Moulin de Bidounet ».
(82 Km) Il faut monter les tentes et préparer le repas, salade de tomates et pâtes à la ratatouille de Rosemyne.

À l’heure de l’apéritif, avec de la Carthagène  du Minervois, offerte par Jenny, nous posons tous (non, il manque Hubert et Carmen) bien sagement devant l’objectif. Mais l’orage menace… Il va pleuvoir toute la nuit et malheur à ceux dont la tente (usée jusqu’à corde) prend l’eau. Ils se réveillent avec toutes leurs affaires trempées.

Et nous voilà repartis. Rouler par cette fraîcheur matinale est très agréable. Sur le chemin de halage du canal le seul inconvénient ce sont les racines des platanes qui en déforment le revêtement. Au point d’en faire mal aux fesses.

La pause méridienne se fait à l’écluse Le noble. Et petit à petit les cyclistes de l’équipe arrivent pour se restaurer tous ensemble. 

Un autre arrêt se fait à l’écluse de Sérignac.

Puis nous terminons la journée au Camping du Lac, à St Pierre de Buzet,  juste avant Damazan. (165 Km) La soirée se passe très bien, dans un magnifique coucher de soleil, mais  le retard accumulé le matin par nos déboires météorologiques et la préparation des tentes et du repas (coquillettes à la ratatouille)  nous font coucher très tard…

Et le lendemain matin nous ne sommes pas très frais !

D’autant que la pluie revient en plein petit-déjeuner!

On se réfugie où on peut, par exemple dans les toilettes du camping et là on étudie la météo et les cartes pour s’inquiéter de la journée qui commence.

Ces péripéties humides m’amènent à composer, au rythme de ma bicyclette, une ode très périssable que j’intitule: La nuit de Damazan

C’est l’équipée sauvage
au soir du deuxième jour
qui choisit cet ombrage
pour le repos du tour.

Sous les trois chênes immenses
dans le soleil couchant
qui brillait sur l’étang
ils plantèrent leurs tentes.

Pour une vague histoire
de téléphone caché
dans une tente pliée
ils étaient en retard.

La nuit tombait guillerette
ils étaient fatigués
Rosemyne s’affairait
ils firent des coquillettes.

Jean-Paul s’écria
que la lumière soit
Samuel jetait des cordes
et la lumière fut.

Ils croyaient faire bombance
il n’y eut pas d’saucisson
heureusement qu’Hubert
distribuait les canons.

Carmen râlait un peu
elle alla se coucher
tout le monde parfait trop fort
la lune se levait.

Et la nuit fut très belle
les étoiles sur la voûte
les berçaient dans leurs lits
au son de l’autoroute.

Le lendemain matin
l’averse fut énorme
il plut d’un coup les cordes
que Samuel avait jetées.

Et l’équipée sauvage
tout juste un peu trempée
a repris son voyage
vers d’autres randonnées.


Et nous reprenons la route jusqu’à la prochaine halte…

… au Mas d’Agenais, où nous avons rendez-vous pour le déjeuner.

Les cyclistes de l’équipe ne visitent ni la Halle ni la Collégiale, (car elles sont trop en hauteur), et mal nous en prend car l’averse nous surprend de nouveau en plein repas…

Et nous terminons la journée au camping de la Réole. (211 Km) C’est le camping municipal. Deux douches pour tout un camping bondé et des toilettes datant du XIXème siècle…
Le soir nous allons manger au « Marché de Producteurs de Pays » à Meilhan, de grandes tables sur la place, des stands de toutes sortes de productions locales, des barquettes de frites, du vin… et de la musique dans le genre flon-flon.

Nous partons à quelques uns faire le tour du promontoire. Une très belle vue sur le fleuve et le canal et sur la plaine…

Mais la nuit tombe et demain nous quittons la vallée de la Garonne pour rejoindre celle de la Dordogne et St Émilion. Et nous savons bien qu’il va falloir grimper.

Nous nous retrouvons pour manger à Sauveterre de Guyenne. Jeff a fait beaucoup d’images…
À partir de là une excellente piste cyclable, la piste Lapébie  sur une ancienne voie ferrée. Piste bucolique qui va permettre de remonter vers le nord, vers Branne et la traversée de la Dordogne…
Puis nous montons à St Émilion et 5 Km plus loin nous arrivons à St Christophe des Bardes.  au Moulin de Lagnet (282 Km).
Pierrot et Annelise, vignerons en bio, nous y attendent et nous font visiter leurs caves.

Le reste du voyage se fait autour de grandes tables et de bonnes bouteilles…

Et puis chacun repart dans sa propre direction, vers de nouvelles aventures…

Et le lendemain matin, le 11 août, avec les derniers participants nous mangeons avec nos hôtes.

A l’année prochaine ? Pourquoi pas?
Merci à toutes les personnes qui ont organisé, qui ont conduit les voitures et qui nous ont reçus.

Envoyez moi d’autres images. Je les rajouterai…
Caillou, le 16 août 2017

Parallèle 50: quelques hommes…

Artur London mentionne, dans son livre  L’Aveu, paru en 1968, sa participation à  la direction politique de Parallèle 50.

P50 N°31 25 janvier 1947
Parallèle 50 N°31 du 25 janvier 1947

André Simone, journaliste tchèque, de son vrai nom Otto Katz, fut exécuté en 1952, en Tchécoslovaquie,  dans le cadre du procès Slansky.

P50 N°32 1er février 1947
Parallèle 50 N°32 du 1er février 1947

André Ulmann. Journaliste, ancien résistant et déporté de Mauthausen.
Disparu en 1970. Il dirigea surtout la revue La tribune des Nations

TdN N°50 30 août 1946
Tribune des Nations N°50 du 30 août 1946

Edgar Morin. Il ne resta pas très longtemps dans ce journal. Dans Autocritique, Edgar Morin indique que « ce journal » lui a été interdit.

P50 N°73 2O décembre 1947

André Fougerousse. Ancien déporté de Mauthausen.
Il travailla ensuite dans la revue Constellation.
Je ne sais rien de plus sur cet ami de mon père.

P50 N°57 30 août 1947 fusion

 Constellation N°65

Voilà. Ces revues sont conservées précieusement à  la BNF ou à la BDIC de Nanterre.

Je n’ai trouvé qu’une seule étude universitaire sur Parrallèle 50.
Parallèle 50: un périodique tchécoslovaque, communiste et parisien contre la division de l’Europe 
de Françoise NOIRANT
On peut en lire des extraits ici:
http://www.persee.fr/doc/mat_0769-3206_2000_num_59_1_403228

Par ailleurs on trouve de nombreuses référence à André Ulmann dans les livres de
Thierry Wolton, Le KGB en France, Dominique Desanti, Les staliniens 1944-1956 et Ce que le siècle m’a dit, Frédéric Charpier,  l’Agent Jacques Duclos.
Mais le personnage étant extrêmement trouble, à la fois grand résistant, membre de la résistance intérieure dans le camp de concentration de Mauthausen, mais aussi peut être agent d’influence soviétique, manipulateur dans le procès Kravtchenko (J’ai choisi la liberté), je laisse son mystère reposer.
Après tout qui cela peut-il encore intéresser?
Je referme doucement, avec ses rubans, le grand paquet gris contenant la revue
Parallèle 50 de la bibliothèque de Nanterre…

Caillou, le 2 août 2017

 

Parallèle 50, une plongée dans l’Histoire.

Parallèle 50 N°30

Mon père, Georges Bernard, travaillait dans ce journal, Parallèle 50, paru dans l’immédiat après-guerre. Il y était entré sur les conseils de André Fougerouse.
Ce journal était dirigé par Arthur London (1°) et un des éditorialistes principaux en était André Ulmann (2°). Tous les quatre étaient des anciens résistants et déportés du camp de concentration de Mauthausen.
Et dans ces années où le Parti Communiste s’intitulait « le Parti des fusillés » c’est tout naturellement qu’ils étaient communistes.

Parallèle 50 était un journal d’information sur les pays de l’Est et sur la Tchécoslovaquie en particulier.
Et là une date importante: février 1948, le Coup de Prague (3°) où les staliniens prennent vraiment le pouvoir à Prague, pouvoir qu’ils partageaient jusque là avec les sociaux-démocrates, les agrariens, les démocrates slovaques et les socialistes-nationaux.

Le seul article de Georges que je retrouve dans Parallèle 50 est du 19 avril 1947 donc dans une période où perdure encore l’illusion d’une cohabitation commerciale et culturelle entre Communisme et Capitalisme, entre l’Union Soviétique et  l’Ouest… Illusion qui va s’effondrer avec la guerre froide.

P50 N°38 19 avril 1947 Georges - copie

SYMBOLE DE PRAGUE
La défaite du Reich hitlérien a consacré, parmi tant d’autres écroulements, celui de Vienne comme métropole de l’Europe centrale.

La décadence de la capitale de l’ancien empire des Habsbourg, commencée dès la fin de la première guerre mondiale, s’était accélérée après l’Anschluss. Le « Prater » n’était pas fait pour servir de terrain d’exercices aux Chemises brunes, ni les frondaisons de Schœnbrunn pour abriter les automitrailleuses de la Wehrmacht.
Vienne perdit ses raisons d’être une grande capitale. Elle dut s’effacer devant Berlin et devint une cité provinciale privée des apports qui lui avaient donné jusque-là son faste et son rayonnement.
Cependant, entre Paris, Moscou et Constantinople, la géographie comme l’histoire imposent la présence d’une ville de caractère international. La succession de Vienne est ouverte.
A l’issue de la guerre, il s’avère que Prague est appelée, désormais, à jouer ce rôle de capitale pour tous les pays du centre de l’Europe.
Prague, la « ville dorée », la « ville aux cent tours », est sortie miraculeusement intacte du cataclysme. Alors qu’autour d’elle Belgrade, Varsovie, Vienne sont devenues des monceaux de ruines, Prague a gardé les merveilleuses richesses architecturales qui ont fait une partie de sa gloire. A ces causes matérielles du nouvel essor de Prague s’ajoutent des raisons d’ordre moral, car on ne peut oublier que la capitale de la Tchécoslovaquie fut le lieu de naissance de la résistance antihitlérienne et que les premiers martyrs de la cause de la liberté furent de ses citoyens.
Prague est aujourd’hui un symbole riche de signification. Elle se trouve sur la ligne de séparation de « l’Ouest » et de « l’Est ». Sur ce qu’on ne peut appeler autrement que cette frontière de deux mondes souvent opposés, elle demeure un lieu de convergences pacifiques. Nulle part ailleurs les deux systèmes n’ont davantage d’occasions de contact non seulement dépourvus de violence mais encore chargés d’espérance et d’amitié.
Le gouvernement de Prague est présidé par le communiste Gottwald, dont l’adjoint est un prélat catholique : Mgr Schramek. Une compétition courtoise et une discussion parfois animée mais jamais venimeuse mettent aux prises les différents partis de Tchécoslovaquie mais toujours selon les règles d’une démocratie bien comprise.
La Tchécoslovaquie n’a qu’une courte frontière qui ne soit pas commune avec l’Union soviétique, c’est celle qui la sépare de la zone d’occupation américaine en Allemagne.
Les conséquences de la guerre l’ont rendue voisine et tributaire de l’URSS, dont elle est l’alliée, mais ce voisinage ne lui impose nulle restriction de liberté.
Vers Prague se tournent les regards de tous ceux qui persévèrent dans leur espoir d’une synthèse possible entre les deux systèmes qui tendent à se partager le monde. Ils y voient la promesse d’une construction pacifique du monde.
Dominant l’étagement des maisons et des palais, le Hradchany domine Prague. Il abrite le premier personnage de l’État, le président Bénès, qui a représenté pendant toute la guerre la Tchécoslovaquie libre aux côtés des Alliés. Sa popularité ne le cède qu’à celle dont jouissait le président libérateur T-G. Masaryk. Comme Masaryk, Edouard Bénès est un philosophe imprégné de culture occidentale. Sa formation intellectuelle comme son expérience politique en ont fait un démocrate qui sait apprécier le prix de la liberté. Aussi bien son action à la tête de l’État tchécoslovaque s’inspire-t-elle du permanent souci de conciliation et de synthèse des deux influences dont Prague demeure le point de rencontre fraternel. Puisse la ville de Jean Huss devenir l’exemple que les hommes voudront suivre !
Georges BERNARD

 Voici un article qui va dans le même sens et s’étonne du « rideau de fer ».
Il date du mois de mai 1947

P50 N°41 10 mai 1947 rideau de fer

 Ou celui-ci, du romancier Louis Martin Chauffier (4°) et qui date de août 1947:

P50 N°56 28 août 1947 Chauffier petit

Prague choisit la paix… et joue gagnant.
par L. MARTIN-CHAUFFIER

La raison du voyage que je viens de faire en Tchécoslovaquie, en Roumanie et en Hongrie était de prononcer des conférences. Mais le dessein qui me poussait de ville en ville, de pays en pays, débordait cette fin officielle. Je venais moins pour donner que pour recevoir. Plus exactement, j’étais en quête d’échanges.
Je cherchais réponse à la question à mon gré la plus pressante et la plus grave, car de ce qu’elle allait être dépendait l’avenir de la paix. Pouvait-on concilier l’exercice de la liberté et l’établissement de la justice sociale ; une certaine notion de l’homme, ancienne et éprouvée et l’avènement d’une société nouvelle où la justice, en effet, économique et sociale établirait de nouveaux rapports entre les hommes dans leur communauté? Si la réponse était favorable, tout pouvait être sauvé. Mieux que sauvé : à partir du moment où le salut est possible, on peut aller plus loin et prétendre au progrès.
Je dois dire dès maintenant que je suis revenu en France plus optimiste que je n’en étais parti. Les événements qui ont suivi mon retour ont pu provoquer de légitimes inquiétudes; mais non point altérer une confiance qui repose sur un fond plus solide que l’événement.
La paix n’est pas établie. Mais les conditions de la paix sont définies. Elles ne sont point, pour autant, réalisées, ni même préférées. On les connaît pourtant, et c’est beaucoup. Et j’ai vu au moins un pays où elles étaient en voie de réalisation; deux autres où elles constituaient l’objet de leur préférence.
La Tchécoslovaquie m’a apporté mieux qu’une réponse : la preuve par les faits. Elle a choisi la paix, et joue gagnant. Si, dans l’ordre de l’établissement de la démocratie, elle est en avance sur la Roumanie et la Hongrie (1), les raisons en sont multiples. La Tchécoslovaquie n’a plus à faire l’apprentissage de la démocratie Elle l’a reçu, au sortir de l’autre guerre, des mains de Masaryk et de la bienveillance des Alliés. Elle s’y est adaptée sur-le-champ et lui a donné une de ses formes les plus achevées. Soutenue dans cette réussite, non seulement par l’esprit de son peuple, mais par la chance de pouvoir confier la conduite de l’État à deux grands présidents, dont le second a reçu les leçons, suivi les principes du premier.
Quand, avant même la fin de cette guerre, le retour de Bénès a confirmé la continuité de la pensée politique tchécoslovaque, le pays s’est mis aussitôt à l’œuvre et a appliqué les décisions communes à tous les partis et mûries dans l’exil. C’est de cette promptitude et de cette rigueur que j’ai pu admirer les effets.
Un pays qui a pu restaurer sa monnaie – au prix de quels sacrifices – établir un juste équilibre entre les salaires et les prix, redresser son industrie, chasser les Allemands des Sudètes et dépouiller la noblesse collaboratrice, promulguer et commencer d’accomplir un plan de reconstruction et de justice sociale ; voilà, certes, un modèle à proposer. Il y faut un peuple sage, rude et fier, dur au travail, qui aime l’ordre, la liberté, la sécurité, en attendant la récompense que méritent ses vertus.
Mais tout cela, je le répète, est d’abord l’effet de la promptitude et de la rigueur, qu’un Français ne peut pas admirer sans envie. Et il n’admirera pas moins que cette promptitude ne se déforme pas en une hâte imprudente dans les domaines où la réflexion s’impose. La Tchécoslovaquie n’a pas encore établi sa nouvelle Constitution. Elle n’a pas à se presser, rien ne menace la République; et, si le problème slovaque soulève des difficultés, il ne menace pas l’unité de l’État. Tous les partis, dans ce pays sans riches et sans esclaves, cherchent ensemble une définition commune de la démocratie adaptée à l’époque et aux données du réel; une démocratie proprement nationale, c’est-à-dire universelle dans ses principes et particulière dans leur application : une dans son désir égal de la liberté et de la justice, pluraliste dans ses opinions et ses moyens; une dans l’État, diverse dans ses ressources et ses expressions.
Voilà bien ce qui m’a réconforté. En ce point central de l’Europe, à l’Est comme à l’Ouest, la Tchécoslovaquie reconnaît les siens. Les partis sont unanimes à vouloir que la politique étrangère soit liée à celle de l’U.R.S.S. Tout, en effet, les y convie : la géographie, les intérêts économiques, les affinités, la prudence, la méfiance de l’Allemagne, souci majeur.
Mais, en même temps, elle tourne vers l’Ouest le regard et l’esprit. Elle veut jeter dans sa pâte tous les ferments qui la font lever et qui, ensemble, permettront de composer ce que le monde entier devrait souhaiter : des hommes libres dans une société juste.
Pour cela, il ne faut point d’exclusive. À chaque pas, en toute occasion, dans ce pays qui possède la liberté intérieure et tend vers la justice, j’ai reconnu les marques de cette durée vivante d’un peuple, d’un État qui ne renient aucune des grandeurs du passé — mais ne retiennent du passé que ses grandeurs et ses valeurs efficaces — et qui l’ajustent, l’intègrent, le prolongent de toutes les valeurs nouvelles dont l’époque, le voisinage, les amitiés traditionnelles lui offrent les exemples ou les modèles assimilables.
L’unité dans la diversité, condition de la liberté : tel peut être l’apport de la France — pays du dialogue — en échange de cette promesse que propose à tous la Tchécoslovaquie : la contradiction à laquelle on veut réduire les éléments civilisateurs distincts, mais non opposés, est une imposture majeure.
Elle en démontre l’erreur mortelle, comme le sage démontrait le mouvement en marchant. Slave et latine, millénaire et jeune, la Tchécoslovaquie, qui a surmonté toutes les tyrannies et sauvé son âme et sa langue, me paraît vraiment la terre, la nation faites pour réconforter l’espérance et rompre les fausses barrières.
1° Il ne s’agit en effet que d’une avance. J’aurais l’occasion de revenir sur ces deux pays où se forme déjà une conscience démocratique contrariée longtemps par les conditions historiques.

 Mais ces articles semblent très naïfs quand quelque mois plus tard Parallèle 50 devient la vitrine du système liberticide qui s’étend sur les pays de l’Est. Comme par exemple cette retranscription du procès des démocrates slovaques du 15 novembre 1947:

P50 N°68 15 novembre 1947 - copie

Parallèle 50 N° 68 du 15 novembre 1947
La crise tchécoslovaque est une affaire intérieure.
Découverte d’un complot en Slovaquie.
Le commissariat à l’intérieur de Slovaquie a annoncé officiellement, d’après les premières informations, que ses organes de sécurité avaient découvert une nouvelle organisation antigouvernementale.

Cette organisation avait Brastislava pour centre ; elle travaillait en relations étroites avec des émigrés slovaques de l’étranger et préparait la destruction et la liquidation de la République tchécoslovaque. Dans l’état actuel de l’enquête, on a pu mettre en lumière les faits suivants :
1° L’organisation centrale a été créée selon les directions des émigrants et son activité était dirigée selon le programme des représentants des émigrants ;
2° Cette organisation illégale anti-nationale avait établi des plans d’espionnage économique, politique et militaire, dont les résultats devaient être livrés à des puissances étrangères.
3° La centrale avait presque terminé l’organisation des secteurs. Au point de vue technique, il est nécessaire de préciser qu’à la tête des secteurs se trouvaient de hauts fonctionnaires de l’État, d’anciens collaborateurs faisant partie de l’élite intellectuelle et des hommes politiques. La réalité confirme l’état avancé des préparatifs. On envoyait de l’étranger en Slovaquie des décrets de nomination pour les membres du centre et hauts fonctionnaires de l’organisation.
4° Le but de cette organisation était l’exécution d’un coup d’État et la destruction de la République tchécoslovaque par un coup de force exécuté à un moment opportun de la situation politique Internationale.
5° Des liaisons passaient régulièrement en Slovaquie, et étaient également munies d’un matériel parfaitement approprié. Dans ce matériel, on a trouvé des décrets et des lettres de créance manuscrites établies par le Dr Durcansksy pour les représentants et les agents du mouvement.
Jusqu’à présent, les personnes arrêtées, parmi lesquelles se trouvent des membres de la centrale du réseau, reconnaissent et confirment les uns et les autres leur action criminelle.
Exposé de M. Ferjencik, commissaire slovaque l’intérieur, sur les plans et organisation du complot.
Le Dr Ferjencik, commissaire à l’Intérieur, a fait le 25 octobre devant l’Assemblée des commissaires, à Bratislava, un exposé détaillé sur l’activité des membres arrêtés des groupes ayant participé au complot de Slovaquie. Dans le préambule de son exposé, il a déclaré que l’idéologie des membres du complot était fondée sur la propagande fasciste de l’ex-État slovaque et qu’elle a trouvé un terrain favorable dans une certaine partie de la population, surtout auprès des intellectuels, ces milieux ayant persisté dans leur attitude anti tchécoslovaque même après la Libération.

Il existe, outre le fameux groupe de Durcansky, quatre autres groupes de conspirateurs se trouvant à l’étranger: à savoir : 1) le groupe de résistance révolutionnaire slovaque dans la zone d’occupation française en Allemagne ; 2) le groupe de Charles Sidor à Rome ; 3) celui de Constantin Culen aux États-Unis ; 4) le groupe de Pridarek à Londres. Durcansky entra en relation avec la clandestinité slovaque par le truchement du groupe de résistance révolutionnaire slovaque pour recevoir des informations de caractère politique, militaire et économique qu’il utilisait surtout dans les nombreux memoranda qu’il a envoyés aux hommes d’État de diverses puissances. Durcansky a aussi fait tenir en Slovaquie, à l’aide d’émissaires, des directives précises concernant l’activité gouvernementale.
L’arrestation de Rudolf Komander – agent de liaison du groupe de résistance révolutionnaire slovaque – qui était en mission de liaison en Slovaquie et rentra ensuite en Autriche a aidé à démasquer ce groupe.
Dès le commencement de l’année dernière, les services de la Sûreté nationale démasquèrent l’activité du Dr Chalmovsky. II a pu être prouvé que celui-ci était rentré d’émigration sur l’ordre des chefs se trouvant à l’étranger. II a été condamné par le Tribunal régional de Brastislava à huit mois de prison. Après avoir purgé sa peine, il s’est enfui de nouveau à l’étranger.
Au cours de l’été 1946, un autre troupe antigouvernemental a été démasqué et liquidé. Ce groupe entretenait des liaisons avec l’étranger par le truchement de l’étudiant Fera Panek.
Peu de temps après, les services de la Sûreté réussirent à arrêter Fero Petras et William Mihalovic, agents de liaison du religieux Victor Kaciarik. Après l’interrogatoire de ces individus, on a pu démasquer et liquider ce qu’on appelle la Centrale de Vienne et arrêter son organisateur Michel Stefula. La découverte du groupe de Zilina a mis sur les traces d’un complice se trouvant dans le pays et d’un des agents de liaison principaux et longtemps recherché, l’étudiant émigré Rudolf Komander, alias Kostra, qui fut arrêté avec tous les papiers l’accréditant. Après la récupération de tout ce matériel, les organismes de la Sûreté nationale ont procédé à la mise au grand jour et à la liquidation de tout le groupe du Dr Durcansky.
Lors de la découverte de ce qu’on appelle le groupe Durcansky, parmi les premières personnes arrêtées furent les membres de la Direction centrale du Comité d’action slovaque en Slovaquie. Un des principaux collaborateurs de Durcansky en Tchécoslovaquie et son principal agent de renseignements était Otto Obuch, qui, en sa qualité de fonctionnaire du cabinet de la vice-présidence du Conseil envoyait à Durcansky des renseignements sur les séances confidentielles et secrètes du gouvernement qu’il s’appropriait.
À la date du 14 octobre on avait arrêté 88 personnes, au 21 octobre 124, dont 14 ont été remises en liberté. 53 personnes ont été inculpées définitivement et 57 provisoirement.
Dans la conclusion, le Dr Fer-Jenclk apprécia l’influence de l’activité des groupes antigouvernementaux sur l’opinion publique en Slovaquie. II a déclaré que la découverte et la liquidation des deux groupes antigouvernementaux de Slovaquie ont provoqué un grand nombre de conjectures erronées, d’hypothèses et de commentaires qui ont été présentés par la presse étrangère de manière fantaisiste.
Le cas du secrétaire général du parti démocrate slovaque le député J. Kempny
Le Dr Husak, président du Conseil des commissaires, a remis au gouvernement et au Conseil national slovaque la démission de tout le Conseil des commissaires. La déclaration des membres communistes du Conseil des commissaires proclame que ce Conseil, avec sa majorité de démocrates slovaques « non seulement n’a pas su limiter, mais a favorisé nettement, et sur une grande échelle, l’activité de trahison et d’espionnage d’éléments antinationaux »

Voici le communiqué du ministère de l’intérieur en date du 3 novembre 1947 :
« Sur une demande du tribunal régional de Bratislava en date du 29 septembre 1947, l’Assemblée nationale constituante a fait ouvrir une information judiciaire et intenté des poursuites contre le député Jan Kempny, secrétaire général du parti démocrate slovaque.
Les bases sur lesquelles Kempny est l’objet de poursuites se sont substantiellement élargies ces derniers jours grâce à l’enquête de la Sûreté slovaque. Il a été vérifié que le Dr Jan Kempny, dès 1944, jusqu’à la libération de Bratislava par l’armée soviétique, a participé aux réunions des jeunes radicaux populistes dirigés par le Dr Ferdinand Durcansky. À ces réunions  il a été décidé que les populistes devaient, après la Libération, s’infiltrer dans l’appareil ainsi que dans les institutions politiques économiques et culturelles de l’État et y travailler en vue de la restauration de l’État slovaque.
Le Dr Kempny obéissait strictement à ces directives.
Le député Dr Jan Kempny avait reçu du Dr Ferdinand Durcansky des instructions, par le truchement d’un des membres de son groupe subversif, au cours de réunions secrètes qui se tenaient chez lui.
Des rapports ont été plusieurs fois lus sur les résultats des voyages qui conduisirent ce membre important du groupe chez Priedavka, à Londres, et chez Kirschbaum en Suisse, qui l’un et l’autre travaillaient contre la République tchécoslovaque. On lisait aussi à ces réunions un matériel de propagande antigouvernemental amené secrètement en Tchécoslovaquie.…/…
Copyright « PARALLELE 50 »

Tous les ingrédients des procès staliniens sont déjà là.
Etrange impression de lire quelques années plus tôt, en 1947, dans le journal dont il était le directeur, la description d’un complot qui va broyer des hommes comme Arthur London en 1951…

Après février 1948 et le Coup de Prague, Parallèle 50 perd tout intérêt et devient un journal de propagande  stalinienne où pourtant beaucoup d’intellectuel(e)s de ces années là ont écrit:

P50 N°69 22 octobre 1947 petit

Notes:
1° https://fr.wikipedia.org/wiki/Artur_London
2° https://fr.wikipedia.org/wiki/André_Ulmann
3° https://fr.wikipedia.org/wiki/Coup_de_Prague
4° https://fr.wikipedia.org/wiki/Louis_Martin-Chauffier

Caillou, le 1er août 2017

Merlinettes parachutées… suite

Un autre article de journal, du 16 juillet 2000.

merlinette

 

Article du 16 juillet 2000
Premier paragraphe / para (cha)chutiste ! (coquille)
LIBERATOR B24 (et non B14) : Quadrimoteur américain .
Elles furent parachutées d’Alger par l’OSS .
Hébergement hôtel restaurant en face de la gare.
Place de Jaude, place emblématique de Clermont-Ferrand.

Je remercie encore Jean-Georges Jaillot-Combelas
pour son envoi. Je rappelle d’ailleurs qu’il est
à la recherche de tout témoignage concernant les Merlinettes.
On peut le joindre par l’intermédiaire de ce blog en envoyant
un commentaire que je lui transmettrai.

Caillou, le 30 mars 2017

Merlinettes parachutées…

Dans cet article du journal La Montagne, paru le 11 juillet 2000, on en apprend un peu plus sur ces femmes admirables, les transmissionistes, surnommées les Merlinettes, qui combattaient contre l’occupation nazie pendant la seconde guerre mondiale.
Et en particulier sur celles qui furent parachutées en France.

Article La Montagne  J-C Delaygues . Photos Pierre Couble.

MERLIN1

MERLIN2

L’historien Jean-Georges  Jaillot-Combelas
apporte quelques précisions et corrections:

Continuer la lecture de Merlinettes parachutées…

le 20 aout 1955 et la justification du terrorisme de masse

J’ai déjà parlé de mon étonnement de voir que cette date est honorée en Algérie alors qu’elle est celle d’un massacre d’une centaine de civils européens à Philippeville (actuelle Skikda) par des paysans algériens fanatisés:
http://www.cailloutendre.fr/2012/04/alger-10-avril-2012-belcourt-le-20-aout-1955-et-la-suite/
Dans le film « vu de l’autre côté » de Mehdi Lallaoui, Mohamed Harbi est le principal historien. Il s’exprime à propos du 20 aout 55 à Philipeville.
Voilà ce qu’il dit: Le phénomène fondamental ce sont les évènements du 20 aout 1955 dans la région du Nord-Constantinois. Cet épisode a donné aux partisans de la lutte armée une force nouvelle en ce sens que pour la première fois des masses importantes se sont engagées dans une lutte les uns avec les armes et les autres à mains nues. Il ne faut pas oublier que le 20 aout 1955 avait dans certains endroits des aspects de jacquerie c’est à dire que des gens partaient avec des moyens élémentaires pour essayer d’attaquer ici et là des forces françaises. Alors ce qui s’est passé après c’est qu’il y a eu une répression atroce qui a fait des milliers de morts.
L’expression « des forces française » c’était en l’occurrence des civils Européens, des femmes, des enfants… Et la répression qui a suivie, aussi dégueulasse soit-elle, ne permet nullement de gommer la caractère de crime contre l’humanité que représente « les jacqueries » du 20 aout 1955. Entre bombardement des mechtas, torture, et emprisonnement de tout un peuple d’un côté et attentats aveugles et massacre de civils de l’autre, il ne faut pas choisir!  Mais de la part de ce grand historien dire « des forces française » pour nier le massacre des populations civiles cela justifie totalement le terrorisme de masse que commet Daesh en ce moment en Irak et en Syrie.
Et ce n’est comme cela, en niant l’Histoire, que l’on pourra retrouver le chemin d’une réelle amitié entre les peuples algériens et français.

Caillou, 24 décembre 2016

RAK, chronique d’un film disparu.

J’ai retrouvé, grâce à Internet, un film que je n’avais jamais oublié:

RAK de Charles Belmont

rak-lila-et-sami

Ce film est touchant, émouvant, mais il n’est pas que cela. Je dois dire qu’en 2016 comme en 1973 je l’ai vu en m’identifiant à David. En 73 parce que, fils unique, je venais de perdre ma mère, Madeleine, qui vivait seule à Paris. Et en 2011 par la disparition de Maria, en 3 mois d’un cancer intestin/poumon, une femme qui était resté, même divorcée, une très grande amie et une camarade. Comme c’est un film ancien j’y vois maintenant des défauts, (rien de rédhibitoire) et d’immenses qualités.
Il y un sujet principal dans ce film qui est celui de la médecine « de classe » et du rapport entre le médecin et son patient. Sur ce point je crois qu’il date un peu. Le décès de Maria, m’a montré que la médecine hospitalière a progressé dans les droits du malade, dans le refus de la souffrance, dans le regard du personnel hospitalier et même dans la vérité donnée aux malades, si du moins ceux-ci veulent la connaître. Sur ce point la visite du grand patron ressemble à une farce. Elle est d’ailleurs traitée comme telle. J’espère que cela est devenu l’exception et date d’une période définitivement révolue.
Plus subtile, mais bien argumentée dans ce film, la dénonciation du rapport exclusif entre soignant et patient est lui toujours d’actualité. Même si la pratique reste ce rapport de domination il me semble qu’il a depuis longtemps été remis en cause et que d’autres visions de la médecines ont fait leur apparition. Que des progrès ont eu lieu comme avec l’institut Renaudot (et la médecine communautaire) ou, et je l‘ai découvert sur votre blog, la revue de la « Santé intégrative ».
L’autre critique que je ferais à ce film c’est le côté militant un peu lourdingue, un peu appuyé, comme avec les interventions des médecins contestataires ou cette phrase sur la médecine dans la Chine Populaire qui fait maintenant sourire. Mais c’était l’époque !
Je le sais, j’y étais…
Mais ces critiques ne sont rien devant l’autre sujet, pour moi bien plus important, qui est le rapport intime entre ce jeune homme, David et sa mère en train de mourir.
La disparition de son père et l’absence de sa sœur en fait un fils unique. Il ne vit pas encore avec sa compagne. Il est seul avec la maladie de sa mère, avec en tête la certitude de son décès proche, son incapacité à lui dire la vérité. Il doit à la fois sacrifier une partie de sa vie personnelle (la scène où il lit le journal et où sa mère le dérange) et devenir l’adulte responsable. C’est une inversion des rôles fils/mère. Le fait de l’appeler « petite mère » ne me semble pas avoir seulement une résonnance russe, c’est aussi se penser le protecteur, l’adulte devant la maladie qui infantilise sa mère. Et cela l’irrite.
Il y a des notations très fines et très vraies comme la culpabilisation : «  C’est quand tu es parti que j’ai commencé à me sentir fatiguée… » . La tension qui suit, l’affrontement feutré est absolument terrible. D’autant qu’il se termine par « Moi aussi j’ai besoin de toi » et que la mère reçoit cet aveu avec fierté.
Pour dépasser ce rapport de prise de pouvoir sur l’autre, inversé lorsqu’il s’agit d’un jeune homme sur sa mère il va falloir se battre ensemble et donc casser le silence. Il faut lui dire la vérité sur sa maladie et lui annoncer l’issue très probable de son cancer. La séquence de la salle de bains est certainement la plus forte du film, la scène ou Samy Frey se cache dans son dos pour lui dire ce que peut-être elle sait déjà tandis qu’elle se regarde dans la glace et pleure silencieusement est pour moi une situation qu‘il me semble avoir vécue.
Ma mère est morte brutalement empoisonnée par l’oxyde de carbone. Je n’ai pas pu me préparer à sa mort. Il n’y a donc pas de ressemblance. Mais l’imaginaire d’un spectateur n’a peut-être pas besoin d’être aussi précis pour s’identifier avec un personnage fictif.
J’y ai vu d’ailleurs une grande part d’autobiographie avec toutes ces anecdotes qui sentent vraiment le vécu…
Et puis c’est merveilleusement bien joué par Lila Kedrova et Samy Frey. Par exemple cette pantomime ou ils jouent comme des enfant.
Même si les couleurs ne sont plus très bonnes, même si le son doit pouvoir être amélioré, (mais je deviens un peu sourd moi aussi !) les cadrages sont très bons, il y a peu de mouvements de caméra et ils sont à chaque fois cohérents, rien n’est au hasard, le montage est très beau puisque il ne se voit pas, et la non-chronologie renforce l’attention. C’est un très beau film, même si, par son côté militant, il date un peu. Il faut qu’on puisse le voir et le revoir

Caillou, le 14 décembre 2016

On ne le trouve pas dans le commerce. « Malheureusement les droits de RAK appartiennent à une production qui ne s’en occupe pas du tout. Le film n’est visible nulle part sauf au Forum des images à Paris « 
Une association: les amis de Charles Belmont
veut montrer en DVD les films de ce réalisateur.

On peut lire aussi:

lire sur http://www.santeintegrative.com/articles/rak
RAK par Marielle ISSARTEL

À l’occasion de la rétrospective de tous les films de Charles Belmont à Paris en avril, focus sur RAK qui dès 1972 posait la question de l’unité du malade et de la relation qu’il lui serait nécessaire d’établir avec les personnes qui le soignent. À la fois une histoire d’amour et un réquisitoire au vitriol.

Un sujet qui dit « Je »

Ce film fut écrit d’abord sous forme d’un pur cri de révolte, à partir d’une expérience personnelle de Charles Belmont, très douloureuse, la mort foudroyante de sa mère d’un cancer(1). Puis la réflexion et l’analyse appliquées à cette expérience intime lui ont donné une portée humaine et sociale, et même politique. La structure non chronologique du scénario et la voix off du personnage du fils témoignent de ce double mouvement subjectif et réflexif en tension. Dans RAK les sentiments s’expriment sans crainte des scènes périlleuses, mais pour dépasser la révolte personnelle et écrire sans exagération la scène de la visite du grand patron hospitalier, Charles Belmont a réuni une quinzaine d’amis du Groupe Information Santé (ex Secours Rouge, avec qui ensuite il fera Histoires d’A) qui ont mis en commun leur expérience ordinaire en évacuant l’exceptionnel. Comme la réalité dépasse la fiction, la scène traitée en parade de cirque fait plus vrai que nature. Elle fut d’ailleurs l’objet d’une censure d’Antenne2 qui demanda à Charles Belmont de la couper avant diffusion pour ne pas choquer les mandarins qui devaient débattre ensuite. Mais accepter la censure n’était pas de son goût et il préféra annuler la vente.

La relation dominant/dominé du patient le bien-nommé n’est pas seule en cause dans le film. Le rôle du psychisme dans la maladie et la maladie considérée comme réponse au mal-être sont des pistes ouvertes à la fois par l’histoire incarnée de ce couple d’un fils avec sa mère, mais aussi par l’irruption de médecins en chair et en os sous forme d’interviews. Parmi eux, le Dr Richard Dabrowski : « Est-ce qu’on a déjà vu un foie ou une moelle épinière se promener dans la rue ? non, il y a toujours le sujet qui dit « Je » autour, et qui dit : « moi j’ai mal ». »

Dans le dossier de presse en 1972, Charles Belmont écrivait : « Si j’ai fait RAK, c’est pour partager quelques idées, pas nouvelles du tout, mais enfouies, très dissimulées. La santé physique n’est qu’un des aspects de l’épanouissement de l’individu. On connaît depuis longtemps l’influence des conditions de vie sur les maladies. On sait depuis l’Antiquité que l’individu forme un tout dialectique. Et ces certitudes, non codifiables, non « scientifiques » sont purement et simplement ignorées sinon niées par une grande partie du corps médical, dont c’est pourtant en principe le champ opérationnel. On fait la part du feu en abandonnant l’investigation psychologique à des spécialistes isolés et ignorés des médecins du corps.
Si j’ai introduit dans mon scénario le docteur Renard, généraliste, médecin de ville, dont j’avais besoin pour le déroulement scénaristique, ce n’est en aucune manière pour l’opposer  au spécialiste. C’est la relation humaine que j’implique, rendue impossible par les conditions de la pratique médicale actuelle ; cette relation cependant est si nécessaire qu’elle devient un mythe, nécessaire aussi bien pour le médecin que pour le malade. Le même mythe existe aussi pour l’infirmière, tel une entrave antipathique dans la mesure où l’infirmière est encore moins libre que le médecin, encore plus définie et déterminée en tant que rouage. »
C’est dire que ce film fit l’objet de vifs débats et de controverses au sein du corps médical et tout simplement dans la société, ce dont nombre d’articles témoignent. Caricatural, le professeur Georges Mathé, cancérologue réputé, interrogé pour le journal l’Aurore après avoir vu le film déclarait off the record : « Le psychisme, ça n’existe pas ! ». Un autre professeur, Robert Zittoun, spécialiste en hémato-cancérologie, écrivait au contraire dans Pariscope: « Ce film m’a beaucoup touché, il est très beau et aussi très important (…) Cet amour qui revit, qui flambe, n’a peut-être pas prolongé la vie de sa mère, il l’a embellie et nous embellit ».
Pour beaucoup de gens, les problématiques posées dans RAK et particulièrement le silence autour de la mort, perdurent.

Faut-il dire ou non la vérité au malade ?

Pour poursuivre sa réflexion au delà de ses sentiments, Charles Belmont s’était référé aux écrits d’Élisabeth Kubler Ross qui écrivait dans Les derniers instants de la vie(2) : « Je considère que la question ne doit pas être posée ainsi : « Dois-je dire la vérité à mon malade ? » mais formulée comme suit : « Comment puis-je partager cette connaissance avec mon malade ? ». Le médecin devrait tout d’abord examiner sa propre attitude autour de la maladie et de la mort, afin d’être capable de parler de sujets aussi graves sans angoisses exagérées. Il devrait recueillir les indices que le malade lui apporte afin d’évaluer le désir qu’a le malade d’affronter la vérité. » (3)
Dans le film, le fils ne supporte plus le silence, les gênes, la détérioration de la relation qu’il a avec sa mère et les frustrations que celle-ci exprime. Dans un mouvement d’émotion, il lui « avoue » qu’elle a un cancer, et ils décident ensemble de se battre. RAK ! elle lutte avec ses jambes, avec ses muscles affaiblis ! Surtout, à partir de ce moment, la mère reprend sa place de mère – ce qu’expriment les cadrages – et lui reprend sa place de fils aimant et complice. Elle ne guérira pas, on le sait dès le début du film, Charles Belmont n’a pas voulu faire croire au miracle, mais montrer une relation réhabilitée et une fin de vie digne.
Lors de la rétrospective Belmont, chaque film sera accompagné de débats et rencontres afin d’en faire une manifestation vivante, plusieurs des films traitant des thématiques enfouies à l’époque qui émergent maintenant(4). Deux membres du comité de rédaction de Santé intégrative seront présents au débat qui suivra la projection de RAK. Mais c’est avant tout une merveilleuse histoire d’amour que je vous invite à partager.

(1) RAK veut dire cancer en russe.
(2) On Death and dying n’était pas traduit à l’époque donc voici la traduction libre présentée aux journalistes dans le dossier de presse.
(3) Cette problématique est posée dans le dossier sur la fin de vie de Santé Intégrative N°37
(4) D’où le titre : Rétrospective Charles Belmont, l’éclaireur ». Du 8 au 12 avril, Cinéma la Clef à Paris. Page facebook : L’Écume des Jours et les films de Charles Belmont.

 

 

Traces, absences, fantômes…

J’ai, comme tous les voyageurs, fait un voyage intérieur. Certains peuvent dire que l’on ne voit que ce que  l’on était venu chercher. Ce n’est pas faux. D’autant qu’avec les guides, les films, les livres, le voyage, au pire, n’est que la confirmation visuelle d’un univers imaginaire que l’on porte en soi.

DSC00467
Varsovie

Et pourtant, j’aurais été surpris par l’odeur du tilleul qui est partout à Varsovie, par ses avenues larges, ses grands parcs, ses derniers souvenirs architecturaux du « socialisme réel ».

DSC00461

Et pourtant j’ai été étonné par la richesse culturelle d’un pays que je connais si peu et si mal. Partout ses cathédrales, ses dômes, ses églises, ses maisons baroques toutes peintes et décorées.

DSC00602
Cracovie, le Ryneck Glowny.
DSC00775
Varsovie, Kosciol Nawiedzenia


Cracovie Kosciol petit

 

Cracovie St Aldebert petit

DSC00762
Cracovie, Saint Aldebert.
DSC00510
Lublin, la chapelle du château.

DSC00486

DSC00507
Lublin

 

 

 

 

 

 

 

 

DSC00771

Charmé par les tramways de Varsovie ou les gargottes de Cracovie,

DSC00766

et la cuisine polonaise, le SLEDZ (les harengs marinés), le BARSZCZ (la soupe de betterave, le KALZKA Z JABXKAMI (le canard farci aux pommes), ou ukrainienne comme, ci-dessous, le ZARKE (goulasch cuit dans un faitout recouvert d’un chapeau en pâte feuilletée).

DSC00757

J’ai aussi été Interloqué par le grand nombre de restaurants spécialisés dans la cuisine juive… Dans un pays où il y en a maintenant si peu. Comme dans le sud du Chili où l’on vend un peu partout des bijoux et des vêtements inspirés par la culture indienne (Alacalufes, Onas, Tehuelches) après les avoir massacrés en masse.

DSC00530

Même si la Pologne d’aujourd’hui n’est en rien responsable des crimes commis hier et de surcroit par le nazisme allemand, ce pays reste le lieu où s’est commis le pire génocide de l’Histoire. Je le savais déjà en venant. Mais j’avais envie de le voir vraiment comme si c’était un pèlerinage, (mot que je déteste pourtant).
D’autant que le climat actuel, ici comme là-bas, comme dans toute l’Europe, porte de vives inquiétudes, avec la montée des nationalismes, des intégrismes religieux, du racisme, de la peur des migrants et, toujours présent, de l’antisémitisme.
Je suis content d’y avoir été et d’avoir pu, malgré la barrière de la langue,  malgré ma méconnaissance de sa culture et de sa littérature, entrevoir ce que la Pologne est devenue.

Je remercie Agnieszka du Brama Grodzka – Teatr NN, à Lublin et Jean-Yves Potel, à Paris  et je vous invite à lire et à relire Anna Langfus… (Le sel et le souffre, les bagages de sable, Saute Barbara). Et je termine par ce dessin d’une bougie, que nous avions allumée devant le grillage du camp d’Auschwitz. C’était pour une amie. Elle se reconnaîtra.

La bougie d'Auschwitz petit

Caillou le 3 juillet 2016, (jour ou l’on apprend la disparition d’Elie Wiesel)

Traces, absences, fantômes… Cracovie, Kazimierz et Podgorze.

Après le silence gris et glacé de Birkenau, retrouver les joies colorées et trépidantes d’une ville touristique comme Cracovie c’est un peu déconcertant.

DSC00588

DSC00598DSC00593

Nous avons changé d’hôtel et sommes allés au 24 Guesthouse, 24 rue SZLAK. Nous le conseillons vivement. C’est un peu plus loin du centre historique, au nord, mais c’est très calme, la chambre est spacieuse et c’est bien moins cher que le cloaque d’où nous venons.

DSC00539
L’ancienne Halle aux draps.

Nous visitons la ville et allons en particulier Kazimierz. C’est maintenant un quartier de l’ancienne capitale polonaise mais il a été longtemps une ville à part entière, le centre de la culture juive de Pologne. C’est ce que montrait la très jolie maquette du musée Polin de Varsovie.

DSC00603

Entre les deux le château Wawel, l’ancienne résidence des rois de Pologne, devenue, pendant la guerre, l’antre du Gouverneur nazi Hans  Franck.

DSC00606
La synagogue Tempel, progressiste.

 

DSC00607
Le marché de la place Nowy qui était le centre du quartier juif.
DSC00609
La Haute Synagogue

Sur une jolie place, beaucoup de restaurants et de cafés célèbres.
Ce quartier vit beaucoup la nuit.

DSC00610

DSC00612

Sur la place, la statue de Yan Karsky,  « Juste parmi les nations ».
C’est un résistant polonais.

Il a vu ce qui se passait dans le ghetto de Varsovie dans l’été 1942. Il a informé les Alliés que la « solution finale » donc l’extermination des juifs d’Europe avait lieu. Et ils n’ont pas voulu le croire.

Son témoignage, bouleversant est à voir dans le quatrième volet du film de Claude Lanzmann: Shoah.

Lire aussi: https://fr.wikipedia.org/wiki/Jan_Karski

 

 

DSC00605

 

DSC00616

DSC00615
La vielle synagogue.

Mais toute la ville a été vidée de ses habitants qui ont été déportés dans le ghetto de Podgorze, de l’autre côté du fleuve, puis très rapidement liquidés dans les camps et en particulier dans celui, tout proche de Plaszow.
Voir à ce sujet le film de Spielberg la liste de Schindler.

DSC00617
Les chaises vides de l’ancienne place d’appel de Podgorze.
DSC00618
Un petit bout du mur du ghetto.

Et dans une zone industrielle nous visitons le musée Schindler qui montre la vie d’avant la guerre, à Kazimierz, et la descente en enfer…

DSC00624

DSC00623

DSC00627

DSC00628

La dernière salle du musée Schindler pose une question essentielle: qu’aurions-nous fait à la place des témoins de la Shoah ? Et les réponses, dans toutes les langues, sont souvent très belles et étonnantes. C’est en tout cas la première fois que je vois donner la parole à ceux qui ont vu et se sont tus.

Nous retournons dans la vieille ville…

DSC00601
Le beffroi de Cracovie

que j’essaie de dessiner…

DSC00657

Cracovie Beffroi petit
Le beffroi de Cracovie

 

 

 

 

 

 

 

A suivre: Le retour à Varsovie.

Caillou, le 2 juillet 2016