La photographie est-elle un art ?

La photographie est-elle un art ?


Si cette question la traverse depuis le début, c’est que le rapport que la photographie entretien avec le réel est troublant. Pour les contemporains de son invention la photographie c’est le réel, et elle capte le rapport qu’avait l’artiste peintre avec la réalité. Elle libère aussi la peinture qui n’est plus sommée de représenter le réel puisque la photographie le fait si bien. Mais on se rend compte que ce rapport au réel est ambigu puisque c’est le point de vue de l’auteur qui fait la photographie : il n’y a pas de photographie objective. La valeur artistique d’une grande photographie devient reconnue puisqu’elle nous introduit dans l’imaginaire, dans la propre vision des choses de celui ou celle qui l’a réalisée, comme c’est déjà ce que l’on reconnaît dans un grand tableau. Et cette question, qui a traversé tout le 19e siècle, qui n’est toujours pas vraiment résolue, elle s’est aussi et surtout posée aux « Artistes ».

La photographie est-elle un outil artistique ?
La tentation d’utilisation de la photographie par les «Artistes» est aussi vieille que la question précédente. Beaucoup, voyant s’échapper leur «pouvoir» artistique ont voulu utiliser la photographie pour l’amener, l’élever au rang d’Art. (Le pictorialisme par exemple). C’était méconnaître que la fonction même de la photographie est cette ambiguïté entre le réel et l’imaginaire. Qu’à la tirer vers la distorsion, le flou, le coloriage on l’abaisse sans pour autant lui amener quelque chose, elle demeure toujours une photographie, mais avec… des défauts. Elle n’en devient pas pour autant une œuvre d’art. Si d’autres ont su utiliser la photographie comme un moyen de construire leurs propres tableaux, (pour l’esquisse, pour la composition) c’était bien comme un outil de plus à la disposition de l’artiste et non comme un dévoiement.
La tentation d’utilisation de la photographie en dehors de ses propres lois, en dehors de sa propre valeur est toujours d’actualité.

La photographie est-elle reconnue?
Sur Paris il n’y a pas un musée de la photographie. On y trouve Orsay pour leXIXe, la BNF et son fonds iconographique, la Maison Européenne de la photographie pour l’actualité, Sully pour le patrimoine, Bièvres pour la technique et le matériel et, tous les 2 ans, la prodigieuse manifestation du mois de la photo où il y en a pour tous les goûts. Cela démontre la vitalité de la photographie mais pas sa reconnaissance.

L’Art contemporain est-il uniquement photographique ?
La prise en main de la photographie par les «Artistes» est actuellement le fait de l’Art conceptuel. C’est le cas du Centre National de la Photographie, à Paris, où seule la librairie a encore quelque chose à voir avec la photographie. C’était à Cahors (le Printemps de la photographie), aujourd’hui à Toulouse (le Printemps en septembre). Demain c’est le musée du Jeu de Paume qui va échoir aux «Artistes contemporains». Le ministre de la Culture vient d’en donner la future direction au directeur du Centre National de la Photographie. La photographie est utilisée par ses «Artistes» comme une preuve d’une «action» fugace et non comme une œuvre artistique en tant que telle.

Je n’ai rien contre l’Art Conceptuel, mais contre l’utilisation frauduleuse du mot de photographie. Quand j’achète un vin de Bordeaux j’aime bien y trouver du Bordeaux, pas du Côtes du Rhône. Si le Musée du Jeu de Paume passe aux artistes contemporains, appelez-le centre d’art contemporain /d’art conceptuel /d’art visuel/ d’art vidéo/ d’art minimal /d’art charnel/ … et laissez donc l’appellation « Photographie » à la Photographie.

Caillou. janvier 2005

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.