Le groupe UNIR 9°: Courtois est découvert

Et puis, Alain me passe un livre de Victor Leduc, où l’on trouve une mention de Jacques Courtois… Et c’est la confirmation: Jacques Courtois est bien Fernand Tocco, un indic’, qui manipule UNIR depuis le début.

couv leduc                      verso leduc

 

Les Tribulations d’un idéologue.
Chapitre : Sur la voie de l’autogestion
Pages 386 et 387

Épisode policier

Je dois aussi noter, pour la vérité historique, la présence d’un singulier personnage qui joue un rôle, non dans l’orientation des CIC, mais dans leur organisation, Jacques Courtois, l’homme du bulletin Unir, un organe d’opposition interne qui paraît depuis septembre 1952 et qui a réussi à obtenir la collaboration d’un certain nombre d’anciens dirigeants communistes.


Je me suis toujours méfié de lui, ai refusé de répondre à ses demandes de contact au moment de L’Étincelle. Puis, lors de la création des CIC, il m est présenté par des camarades en qui j’ai toute confiance. Ma vigilance faiblit… L’homme est chaleureux et très coopératif. Il donne l’impression d’un militant très formé et très informé, met à notre disposition des moyens techniques appréciés, dactylographie, ronéo, lieux de réunion, sous le couvert du « collectif responsable d’ Unir » dont il est en réalité, nous le saurons plus tard, le seul membre depuis le début…
Mais l’épais mystère dont il s’entoure dépasse les précautions du clandestin le plus aguerri. Nul ne peut le contacter, personne n’est capable de dire où il l’a vu dans le Parti alors qu’il prétend exercer des responsabilités. Son train de vie est surprenant: repas somptueux, voitures puissantes… Nous décidons une enquête, deux camarades suivent sa voiture après une réunion tardive, débouchent sur une luxueuse propriété de banlieue. L’enquête se poursuit grâce au numéro de la voiture. La véritable identité de Courtois est percée. Il s’appelle Fernand Tocco, c’est bien, comme l’avait dit le Parti, un indicateur de police.  Il a même travaillé pour la Gestapo pendant la guerre. Nous avons vérifié qu il était en relation avec Albertini, ancien secrétaire du RNP de Déat. Il y a des indices selon lesquels il est également lié aux services américains. Dans un rapport très précis qu’il a établi sur cette affaire et diffusé à toutes les anciennes dupes de Courtois, Roger Pannequin émet l’hypothèse que celui-ci aurait été « récupéré » par le PC qui l’aurait utilisé pour faire d’Unir la feuille d’une opposition maison dont il tirerait les ficelles.
Kriegel-Valrimont, directeur de France-Nouvelle au moment de la publication de l’article dénonçant Courtois-Tocco, m’a confié que quelque temps après sa parution, il avait reçu d’un envoyé de la direction des reproches pour avoir passé ce texte émanant cependant d’un service spécialisé du Parti. Ce qui tend à confirmer l’hypothèse de Pannequin. Un mois après la diffusion de son rapport, le « collectif responsable d’Unir » décide de cesser sa publication. Personne n’a plus revu Jacques Courtois.
Cet épisode peu glorieux a des précédents. Ce n’est pas la première fois que des révolutionnaires sont victimes d’infiltrations et de manipulations policières. Le Parti bolchevik eut les siennes. Le Parti communiste français lui-même, qui fit tant de faux procès en la matière, a eu un vrai policier installé au secrétariat du Parti, jusqu’en août 1939, Marcel Gitton.

Photo Leduc

        Victor LEDUC 1911-1993

Caillou, le 13 mars 2012

3 réflexions au sujet de « Le groupe UNIR 9°: Courtois est découvert »

  1. VANNIER ou toute autre personne ayant connu Tocco-Courtois peut-elle me

    contacter ?

    Rédacteur à “L’Humanité” (1968-82), j’ai fréquenté, en tant qu’oppositionnel,

    Jacques Courtois, personnage très informé du PC et, aussi, chaleureux, mais secret

    (par nécessité ?) de 68 à 75. J’aimerais enfin avoir le fin mot sur le personnage. Merci

    beaucoup.

    1. Fernand Tocco a vécu un quinzaine d’années à partir de 1974 dans mon village du Gard, il était amis de mes parents et il est parti précipitamment pour la Grèce avec sa femme abandonnant maison et biens personnels après une affaire obscure dénoncée par les jeunes du village qu’il avait réuni chez lui.
      Je cherchais à percer ce mystère vieux de 30 ans et je viens de découvrir votre blog qui décrit le passé peu glorieux de ce personnage. Vous pouvez me contacter. J’avais connaissance de ses romans policiers médiocres sur fond d’espionage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *