Les euphémismes mous.

Une chanson, avec “la teigne”, jouée en samba…

Les euphémismes mous c’est la langue bâtarde
Car les mots sont des armes qui servent aux vainqueurs
C’est la démocratie des mots c’est le pouvoir
De tous les mots anciens il n’est plus rien resté

J’entends prolétariat devenu salarié
L’ouvrier disparaît vive le personnel
le collaborateur ou même l’employé
n’est pas celui qui fait mais celui qui reçoit.

J’entends le balayeur technicien de surface
La caissière fait hôtesse, le flic gardien d’la paix
Et patron c’est un mot qui ne fait plus très classe
Devenu entrepreneur, il nous fera rêver.

L’aveugle est malvoyant, le sourd mal entendant
Le handicap une chance pour être différent
Et ne plus dire arabe ou noir mais issu de
Ce mot énigmatique qu’est la diversité

Le vieux c’est troisième âge, plus vieux c’est quatrième
Après il n’a plus rien et la mort s’accompagne
Et des soins palliatifs nous voilà rassurés

J’entends licenciement en restructurations
Plan social, pôle emploi… Le chômeur disparaît
Dans un parcours d’accès à l’emploi désiré
Le clochard n’est plus là devenu SDF

L’usine n’existe plus c’est un établissement
J’entends mouvement social pour des occupations
La grève a ses otages, les grévistes fainéants
La bourse a des valeurs, on ne dit pas pognon !

J’entends l’argent devenu les valeurs capitales
La culture qui se vend comme une consommation
La santé qui se gère comme une belle entreprise
Trop de charges, trop d’impôts, laissez nous respirer

Caillou, 20 février 2013

On peut lire à ce sujet: LQR la propagande au quotidien
d’Éric Hazan publié en 2006 chez Raisons d’agir

2 réflexions au sujet de « Les euphémismes mous. »

  1. Elle est super ta chanson sur les euphémismes mous, tu as mis dans le mille ,c ‘est vraiment tout à fait ça ! Bravo et bisou

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *