NI ISLAMOPHOBIE NI ISLAMISME.

DSC01733Après la journée de manifestation d’hier, les réseaux sociaux bruissent de nouveau dans le petit monde des mails que l’on fait circuler (sans parfois même lire les textes qu’ils véhiculent !) Je m’étonne que beaucoup de mes ami-e-s syndicalistes et militants politiques prêtent la moindre attention à cette propagande mais bon, ce doit être le manque de  formation politique ?

Cela va de  la calomnie : Olivier Cyran : Charlie hebdo est un journal islamophobe (et c’est donc bien fait pour eux?) en au moins 15 pages!, à la propagande: Saïd Bouamama: Les attentats contre les journalistes sont la conséquence de la politique extérieur de l’effroyable Occident. Autant dire qu’il s’agit de dégâts collatéraux! En passant par “Les juifs pour la Paix” qui après une juste colère contre la venue de Netanyaou à Paris nous exhorte à ne pas participer à une manifestation qui sera en réalité une représentation des «valeurs du monde civilisé occidental» contre les «menaces terroristes du monde arabo-musulman»..

Saïd Bouamama, le théoricien du Parti des Indigènes de la République! C’est à cause de ces types qui ont fait leur beurre sur la victimisation des enfants de l’immigration que les islamo-gauchistes français se renforcent d’heures en heures depuis l’attentat contre Charlie Hebdo.

le Parti des Indigènes de la République, un groupuscule qui explique doctement que les conditions de vie et de non travail dans les quartiers sont les révélateurs d’une France toujours coloniale, éternellement coloniale. Le PIR qui soutient toutes les expressions pour les femmes voilées, combat la crèche Baby-Loup… etc etc. Saïd Bouamama l’auteur de NIQUE LA FRANCE, DEVOIR D’INSOLENCE, qui y dénoncer les mouvements anti-racistes des années 80 (au moment de l’apparition du FN) d’être des exutoires de bonne conscience blanche pour empêcher l’émergence d’une radicalité issue de l’immigration : ” Ca a été la seconde leçon politique sur la trajectoire de mon parcours militant : la prise de conscience qu’il y a une distance d’analyse entre l’essentiel de la classe politique blanche et les autres autour de cette idée de nous mettre comme paravent au FNCa va déboucher sur le consensus autour de SOS racisme, de la LCR au PS  en passant par le PC, par tout le monde.” Donc dénonçant Ras l’Front ou SOS racisme comme faisant  partie de l’arsenal de la  pensée coloniale. Les militants encore debout apprécieront!

Ce sont ces mêmes courants qui décernent les Y’a bon Awards (les indivisibles) où comme par hasard les cibles de cet antiracisme dévoyé sont toujours des intellectuels laïcs. Ce sont ces mêmes excités qui ont réussi l’exploit d’expulser Caroline Fourest de la fête de l’Huma en septembre 2012 sous le regard médusés des spectateurs (communistes?) qui ne comprenaient pas ce qui se passait.

Et pourtant les choses sont simples. Il suffit d’écouter les voix qui nous parviennent de l’autre côté de la Méditerranée. Encore faut il pouvoir les entendre dans ce flot continu de l’émotion franco-française. Vue d’Algérie, de Tunisie, l’islamisme est UN FASCISME! Le mouvement des femmes, les intellectuels, les démocrates, les journalistes et les syndicalistes ont payé chèrement le droit d’être entendus. 

 NI ISLAMOPHOBIE NI ISLAMISME

La dénonciation de l’Islamophobie sans dénonciation de l’Islamisme c’est un discours franco-français qui excuse et renforce l’intégrisme. Toutes les dérives maffieuses y sont banalisées puisque ces pauvres jeunes sont victimes de racisme islamophobe.
La dénonciation de l’islamophobie donne aussi des excuses à la propagation de la pensée fasciste, dans les cités avec tous ces discours valorisant un islam rigoriste, la haine des femmes, le couvre feu de fait pour les filles, la fermetures des bars, l’interdiction de l’alcool.

Inversement la dénonciation de l’Islamisme sans dénoncer l’islamophobie c’est renforcer l’amalgame et l’exclusion des musulmans. Les conditions que l’État et la société impose aux pauvres de notre pays: la précarité, le chômage, les logements indignes, l’abandon des quartiers ghétoisés ou s’entassent des population ostracisées devraient être dénoncées avec autant de violence que le terrorisme du Jihad.

Mais l’un ne va pas sans l’autre!

Caillou le 12 janvier 2015

Ne chercher pas les références , elles se trouvent sur le net.
Je ne vais pas leur faire de la pub en plus!

6 réflexions au sujet de « NI ISLAMOPHOBIE NI ISLAMISME. »

  1. Merci d’appuyer là où il faut en ce moment. Ce matin en entendant l’évocation des actes islamophobes à la radio, je me disais que nous assistons à un mimétisme complet entre les auteurs de ces actes et les sectateurs de daech. C’est le même abandon d’humanité, la même paresse haineuse, la même abdication symbolique pour se vautrer dans le passage à l’acte perversement jouissif teinté d’auto-érotisation narcissique. Ce matin encore, Guéant fabulant sur nos valeurs qui ne sont pas les mêmes et bla bla bla nous enfumait, notre “civilisation éclairée” produit les mêmes dérives. Ce n’est donc pas un “choc de civilisation” mais un choc d’évolution pour l’ensemble de l’humanité.

  2. Tu écris :
    “Cela va de la calomnie : Olivier Cyran : Charlie hebdo est un journal islamophobe et c’est donc bien fait pour eux! (en au moins 15 pages!)…

    Evitons les amalgames
    J’ai connaissance d’un article d’Olivier Cyran “« Charlie hebdo » pas raciste ? Si vous le dites…” daté de décembre 2013. Je ne pense pas que Cyran se réjouisse aujourd’hui de l’assassinat de ses anciens camarades de bureau. C’est calomnieux que de lui prêter des propos qu’il n’a pas tenus. Moi-même j’ai diffusé cet article de décembre 2013 le but était d’informer certains ami-e-s lecteurs de Charlie des années 70 que ce journal n’était plus ce qu’il avait été et que Reiser n’était plus là. Si certain-e-s utilisent l’article de Cyran pour justifier les exécutions c’est lamentable.

    Marinus (Charlie des années 70 mais pas Charlie des années 2000)

  3. Oui “l’un ne va pas sans l’autre” , et c’est cela qui est dur à faire passer. Il faut combattre à tout prix l’idée que “musulman = islamiste”. Alors que les islamistes sont des fascistes qui sont en train d’exécuter des musulmans par milliers au Nigéria (ces derniers jours Boko Haram aurait tué 2000 personnes dans une vingtaine de villages nigérians). Et de ça on en parle quasiment pas. La vie d’un africain n’a t elle pas la même valeur que celle d’un européen ?
    Michèle, Dakar

  4. Ou fais-tu commencer l’islamophobie, dans le regard, la dégradation de bien cultuels? Qui décréte (un ordre religieux) et recense les actes islamophobes (un ordre religieux)? A t-on le droit de blasphèmer? d’être apostat? Est-ce qu’une religion peut imposer une loi à une société civile?
    Un acte raciste est une atteinte physique ou morale à une personne en raison de son appartenance à un groupe, à une ethnie, à un peuple… Une religion est un ensemble de présupposé ou d’a priori que l’on peut critiquer, condamner, rejeter…
    Etre islamophobe c’est condamner une croyance, c’est un droit d’expression légitime, c’est une liberté au même titre que celle d’exprimer ses croyances.

    1. Salut Roland.
      L’Islamophobie est le nouveau nom du racisme anti-arabe, c’est un euphémisme. Va faite un tour sur les sites “islamophobes” et tu y retrouveras ce vieux racisme que nous connaissions si bien toi et moi dans les années 60. Alors l’Islamophobie cela commence au refus de donner du travail à des jeunes qui portent des noms à consonances arabes, au refus de louer des appartements à des famille qui portent des noms à consonances arabes, au refus d’accepter la construction de mosquées sous des prétextes fallacieux, d’interdire l’entrée des boites de nuits aux “bronzés, bref de tout ce qui constitue un racisme quotidien… Cela n’excuse rien. Et surtout pas le communautarisme, le repli sur soi ou la délinquance généralisée. Mais il faudrait quand même que ce terreau puant du racisme soit extirpé.
      Lis ceci, c’est Benjamin Stora qui le dit:
      http://www.minorites.org/index.php/3-lagence/1513-le-racisme-anti-arabe-a-mute-en-racisme-antimusulman.html
      Amitiés
      Caillou

      1. Quelques remarques?

        La confusion qui est entretenue entre “ARABE” et “MUSULMAN” est intellectuellement étrange? il est souhaitable d’y apporter quelques définitions.
        Arabe= définition ethnique ou raciale, un moyen de s’affranchir du droit du sol, alors que nous demandons pour ces populations, en France, la reconnaissance de la nationalité au nom du droit du sol.
        Que deviennent les Berbères? Les Egyptiens? Les coptes chrétiens ou protestants, lesDogons du Mali? Les Turcs? Les Perses et les Mèdes…?

        Musulmans= Soufis? Chiïtes? Ouighours? Azaris? Salafistes? Wahabites? Frères musulmans…? Alors pourquoi procéder à une tel simplification de la pensée religieuse? Pourquoi ignorer les liens existants entre les religions, on attribue aux uns la diversité et aux autres (Musulman) la représentation unique. L’un est individualisé et l’autre collectivisé, on ne voit plus l’l’homme mais la masse, la foule. On s’est que l’individu est intelligent et que la foule est instinct, bêtise…

        Je suis toujours interpellé par le déplacement conceptuel entre ségrégation sociale et raciale, je pense que la ségrégation est toujours sociale et je m’interroge sur les glissements, déplacements conceptuels, pourquoi? dans quel but? Faire disparaître le discours humaniste au profil des marchands idéologues en quête de reconnaissance et laisser la place aux politiques pour que se maintiennent les ordres établis.

        Les faits que tu cites sont condamné par la loi, mais chose étrange:”l’être” de couleur à qui on refuse l’entrée d’une boite (fait marginal) est forcément immigré, un martiniquais, un auvergnat sont forcément des immigrés? Et le droit du sol devient quoi? Comment fais-tu pour reconnaître d’après le patronyme, une ethnie, une race…? Est-ce que la couleur définie un race, le Blanc et le Noir n’existent pas? Pourquoi ceux qui combatte le racisme utilise presque toujours un langage néocolonial?
        Je crois que les idées fonctionnent un peu comme les modes. Les individus ne sont pas prêts à faire fonctionner le “sens critique”, l’expérience, le raisonnement… Ils ressassent les “unes” et la gauche entretient le racisme, elle donne une image de l’immigré comme un va-nu-pieds, pauvre et vivant en ghetto, l’habitant de Neuilly est forcement pas immigré… Beaucoup de gens de gauche aiment l’immigré qu’ inférieur à eux, il en va de leur grandeur?

        II serait bon se sortir des représentations qui n’ont pas de liens avec la réalité et appréhender le réel avec plus de rigueur, plus d’exigences…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.