Voyage voyage

Le poste radio dans la cuisine chante à pleins poumons.
Mais les transistors n’ont pas de poumons ! Pourquoi suis-je si préoccupé par les poumons ce matin tandis que je beurre, solitaire, ma biscotte.

Voyage voyage 
Plus loin que la nuit et le jour (voyage voyage) 
Dans l´espace inouï de l´amour 

J’ai l’air fin avec ma biscotte beurrée dans l’espace inouï de l’amour à onze heures du matin dans ma robe de chambre pleine de cheveux ! Plus de pain, presque plus de beurre et plus du tout de confiture. Mon confinement, c’est l’hibernation de l’ours des montagnes ! Avec l’odeur…

Voyage voyage 
Plus loin que la nuit et le jour (voyage voyage) 

Ah oui, là c’est sûr ! La nuit et le jour ? Je ne vois même plus la différence entre l’un et l’autre, entre séries télévisées et chaînes d’infos en continu… Elle continue :

Voyage voyage 
Ne t’arrête pas 
Au d´ssus des barbelés 
Des cœurs bombardés 
Regarde l´océan 

Desireless, chantait ça dans les années 80.  Sans désir elle était ! Elle en avait de la chance ! Moi j’en ai des désirs ! Je veux des fleurs, du parfum, un jardin et du vin…

J’ai juste un tire-bouchon inutile qui traîne sur la toile cirée entre biscottes et beurrier.

Lire ? J’ai un bouquin que ma sœur m’a offert à Noël, où l’ai-je mis ?
Ah le voilà, c’est Le parfum de l’Hellébore de Cathy Bonidan.
J’irai faire des courses plus tard…
Là, je me recouche !

https://www.babelio.com/livres/Bonidan-Le-parfum-de-lhellebore/900530
(Je précise que je ne l’ai pas lu
et que ce sont les mots imposés qui me l’ont… imposé)
Ce texte est écrit avec une contrainte de 4 mots, donnés par Bernadette:
Parfum, hellébore, tire-bouchon, et voyage. . 
Vous pouvez m’en envoyer 6 autres.

Caillou, le 20 avril 2020

Et un autre texte envoyé par Annick

Hellébore quand il pleut
a les cheveux en tire-bouchon
Il voyage dans sa tête pleine de trous
où ventent les parfums funestes 
de la désespérance et les bruits du silence
qui s’insinuent fatalement 
cherchant ses pensées salies par les odeurs fétides
du bitume.

8 réflexions au sujet de « Voyage voyage »

  1. Sans désir, hellébore derline ? Quand j’animais l’atelier “poneys” il y a trente ans, un fillette classée autiste m’avait parlé, quand je l’avais dit en réunion d’équipe ça avait mis le psychiatre hors de lui, rouge de rage ! Ah le tire-bouchon désœuvré, c’est digne de la position dépressive de Mélanie Klein…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.