Le soleil noir – 7°

Le mythe du soleil noir.

New York désert.
Pas de gens.
Pas de bruit.
Pas d’animaux, de cartons, d’enseignes, de pancartes, d’affiches, de poubelles.
Des gratte-ciels nus, sans rideaux, propres, étincelants.
Des lampadaires.
Pierre marche au centre de la ville, sans automobiles. Il marche sans fin, au milieu d’une avenue, dont on ne voit pas la fin. La troisième météorite venant du soleil, de Hendrix, résonne.
Pierre regarde le soleil. Il est noir. Son éclat est mille fois plus puissant qu’un soleil normal. Il est noir. Le noir éclate et éblouit Pierre, qui est soulevé du sol, et qui lentement s’élève vers le soleil. Et inconscient d’autre chose que de l’éclat du soleil noir, Pierre se fond dans ce soleil et… disparaît.

À suivre…

Caillou, 1967

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.